Affordable Access

Une invitation au décentrement dans le roman français du romantisme noir: quelques exemples

Authors
  • Hayek, Katia Émilie V.
Publication Date
Jan 01, 2022
Source
DIALNET
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

The concepts of "centre" and "periphery", which originated from the work of Pascale Casanova and Franco Moretti, are commonly used in contemporary literature studies. However, the original and fruitful critical path they underlie is capable of opening new windows for the interpretation of older texts. At the time the Goethean concept of Weltliteratur was taking shape, the emergence of national literatures was taking place in opposition to French cultural sovereignty. Paradoxically, this displacement of centres was accompanied in France by writers who, even though they were part of a 'centre', chose to decentre. This is the case of the popular novelists of the romantisme noir in the first nineteenth century. We will therefore propose to analyse the possible causes and effects of this equivocal writing in relation to 'centrality' and examine how the popular writers of the romantisme noir present the 'voices' from the periphery in their writing. Indeed, the reconfiguration of novelistic poetics, partly imposed by the chosen genre, reflects a dynamic of the relation between centre and periphery. Through it, the authors affirm a crossbreeding of representations which ensures, between production and reception, an invitation to decentring, at least in the novelistic space. / Les concepts de « centre » et de « périphérie », issus des travaux de Pascale Casanova et Franco Moretti, sont couramment utilisés dans les études littéraires contemporaines. Pourtant, la voie critique originale et féconde qu'ils sous-tendent ouvre des fenêtres nouvelles pour l'interprétation de textes plus anciens. Au moment où le concept goethéen de Weltliteratur prend forme, l'émergence des littératures nationales s'effectue en opposition à la souveraineté culturelle française. Paradoxalement, ce déplacement des centres s'accompagne en France d'écrivains qui, tout en faisant partie d'un « centre », choisissent de se décentrer. C'est le cas des romanciers populaires du romantisme noir au premier XIXe siècle. Nous nous proposons donc d'analyser les causes et les effets possibles de cette écriture équivoque par rapport à la « centralité » et d'examiner comment les écrivains populaires du romantisme noir présentent les « voix » de la périphérie dans leur écriture. En effet, la reconfiguration de la poétique romanesque, en partie imposée par le genre, reflète une dynamique de la relation entre centre et périphérie. A travers elle, les auteurs affirment un métissage des représentations qui assure, entre production et réception, une invitation au décentrement, au moins dans l'espace romanesque.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times