Affordable Access

deepdyve-link
Publisher Website

Timing Variability of Bladder Volumes in Men Receiving Radiotherapy to the Prostate

Authors
  • Holden, Lori
  • Stanford, Julie
  • D'Alimonte, Laura
  • Kiss, Alex
  • Loblaw, Andrew
Type
Published Article
Journal
Journal of Medical Imaging and Radiation Sciences
Publication Date
Jan 01, 2014
Volume
45
Issue
1
Pages
24–30
Identifiers
DOI: 10.1016/j.jmir.2013.02.001
Source
Elsevier
License
Unknown

Abstract

Contexte et objetLa radiothérapie par faisceau externe à dose croissante améliore les résultats du traitement des cancers de la prostate localisés mais risque d'accroître la toxicité. L'augmentation et le maintien à un niveau plus constant du volume de la vessie pourrait permettre de réduire la toxicité. L'étude avait pour objet premier de déterminer le temps nécessaire à 95 % des patients subissant des traitements de radiothérapie par faisceau externe à dose croissante pour atteindre confortablement un volume de vessie de 180 cm3. De plus, les auteurs ont mesuré l'évaluation subjective par les patients du degré d'urgence mictionnelle (impériosité urinaire) par rapport au remplissage de la vessie en vue de déterminer la possibilité d'élaborer des instructions relatives au remplissage de la vessie. MéthodologieTrente patients consentants souffrant d'un cancer de la prostate localisé et soumis à la radiothérapie par faisceau externe à dose croissante ont reçu, dans un rapport 1:1, respectivement 250 et 500 cm3 d'eau avant le traitement. Après miction, les patients ont ingéré les volumes d'eau établis et le volume de leur vessie et l'urgence mictionnelle ont été évalués à intervalles réguliers sur une période de 2 heures, et ce, aux première, quatrième et septième semaines de l'étude. RésultatsLe temps nécessaire à 95 % des patients pour atteindre un volume de vessie de 180 cm3 a été mesuré à 75 et 57 minutes respectivement pour les sujets des groupes 1 et 2 (p = 0,03). La créatinine sérique et l'emploi de médicaments pour la vessie n'ont pas influé sur le temps nécessaire au remplissage optimal de la vessie. Les sujets du groupe 2 ont signalé plus fréquemment que ceux du groupe 1 une incontinence urinaire modérée à forte. ConclusionsLe temps nécessaire au remplissage optimal de la vessie était très variable, et moins long après ingestion d'une quantité d'eau de 500 cm3. Il semble possible de faire varier au cas par cas les temps d'attente dans les services de radiothérapie très occupés, en fonction du calcul par ultrasons de la vitesse de remplissage de la vessie.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times