Affordable Access

Access to the full text

Les envenimations scorpioniques traitées dans le service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital national Donka, Guinée

Authors
  • Sako, F. B.1, 2
  • Bangoura, E. F.1, 2
  • Traoré, F. A.1, 2
  • Soumah, M. M.2
  • Tounkara, T. M.2
  • Djessanglar, R.1
  • Baldé, H.2
  • Baldé, O.1
  • 1 Service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital national Donka, Donka, République de Guinée , Donka (Guinea)
  • 2 Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, Conakry, République de Guinée , Conakry (Guinea)
Type
Published Article
Journal
Bulletin de la Société de pathologie exotique
Publisher
Lavoisier
Publication Date
Aug 26, 2014
Volume
107
Issue
5
Pages
323–326
Identifiers
DOI: 10.1007/s13149-014-0385-2
Source
Springer Nature
Keywords
License
Yellow

Abstract

Une étude rétrospective descriptive a été menée du 1er octobre 2010 au 30 novembre 2012 sur les dossiers des patients admis pour envenimation scorpionique au service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital national Donka. l’objectif de cette étude est de décrire le profil épidémiologique et les caractéristiques cliniques des envenimations scorpioniques en Guinée maritime, à partir des piqûres de scorpions récemment traitées dans ce service. Nous avons colligé 75 cas d’envenimations scorpioniques. La médiane d’âge était de 21,5 avec des interquartiles de 8 et 20 et le sexratio était de 1,29. Les membres supérieurs étaient concernés dans 55 % des cas, suivi des membres inférieurs (35 %), du tronc (6 %), de la tête et du cou (4 %). Nous avons observé 63 % de patients présentant des signes locaux, 30 % de signes cliniques généraux bénins et 7 % de symptômes systémiques graves. Tous les patients ont reçu un antalgique et un sérum antitétanique hétérologue, associés à un antibiotique (87 % des patients), un corticoïde (72 %), au diazépam (13 %) et au furosémide (34,6 %). l’incidence des envenimations scorpioniques n’est pas négligeable malgré une sous-notification des cas, le plus souvent traités en médecine traditionnelle.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times