Affordable Access

Risques naturels et industrie du tourisme : quand l’accaparement des ressources est justifié par les logiques de domination

Authors
  • Ozer, Pierre
Publication Date
Jan 25, 2024
Source
ORBi
Keywords
Language
French
License
Green
External links

Abstract

« Le tourisme est un facteur de progrès. C’est l’un des secteurs d’activité les plus vastes de l’économie mondiale, de sorte qu’il possède un fort potentiel comme trait d’union entre les cultures, et pour offrir de nouveaux débouchés et promouvoir le développement durable ». Voici les termes utilisés par António Guterres, Secrétaire général des Nations unies, pour inaugurer la 25ème session de l’assemblée générale de l’Organisation mondiale du tourisme à Samarcande (Ouzbékistan) en octobre 2023. Certes, l’objectif ici n’est pas de nous lancer dans une diatribe contre l’industrie du tourisme mais notons tout de même d’emblée que nous ne sommes pas tous égaux quant à l’accès aux activités touristiques. A titre d’exemple, en France, première destination touristique au monde, 60% de la population a dû renoncer à partir en vacances d’été pour des raisons financières au cours des cinq dernières années. Pourtant, en 2019, la France a enregistré près de 50 millions de départs pour des vacances à l’étranger (pour une population totale de 67 millions la même année). Autrement dit, cela signifie que ceux qui peuvent se le permettre (une minorité) partent à de multiples reprises en vacances à l’étranger chaque année. Par ailleurs, toujours en 2019, 2,03 milliards de départs pour des vacances à l’étranger ont été recensés, pour une population mondiale la même année de 7,74 milliards d’habitants. A nouveau, ces chiffres nous permettent de prendre la mesure du gouffre existant entre ceux qui peuvent profiter de ce facteur de progrès et l’immense majorité d’autres qui reste sur le côté. Ces simples chiffres démontrent que les inégalités sous-jacentes à l’accès (ou non) à l’industrie du tourisme est le résultat d’une logique de domination d’une minorité. D’ailleurs, en termes de risques naturels – notamment climatiques – il appert que le tourisme était responsable de 8 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde en 2013 avec une croissance beaucoup plus rapide que prévue entre 2009 et 2013. Sachant que le tourisme mondial a augmenté de 24% entre 2013 et 2019, l’industrie du tourisme n’est pas proche de réduire drastiquement son emprunte climatique d’ici 2050. Cela ne fera que contribuer toujours plus à l’augmentation des conséquences du changement climatique, en très grande partie dans les régions où les populations ne connaissent pas de vacances. Au-delà de cette considération macro, et sur base d’études de cas en différents continents, cet exposé explicitera comment le tourisme s’accapare les ressources locales (terres, forêts, littoraux, eau) pour assurer son développement au détriment du bien-être des populations locales, tout en rendant ces dernières toujours plus vulnérables aux risques naturels.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times