Affordable Access

Recommandations de bonne pratique sur la prise en charge des femmes enceintes exposées au mercure organique et leurs enfants à naître. Recommandations de la Société de toxicologie clinique, associée à la Société française de toxicologie analytique, à la Société française de santé publique, à la Société francophone de santé environnement, à la Société française de pédiatrie, à la Société française de néonatalogie, au Collège national des gynécologues obstétriciens

Authors
  • Tournoud, C.
  • Capaldo, L.
  • Garnier, R.
  • Gnansia, E.
  • Jarreau, P.-H.
  • Moesch, C.
  • Nisse, P.
  • Quenel, P.
  • Yazbeck, C.
  • Labadie, M.
Publication Date
Jan 01, 2019
Source
HAL
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Introduction: La Société de toxicologie clinique (STC) a été sollicitée par les pouvoirs publics pour produire des recommandations concernant la prise en charge des femmes enceintes exposées au mercure organique et leurs enfants à naître.Méthode: Ces recommandations, avec la participation d’experts appartenant à des sociétés savantes concernées par la prise en charge des femmes enceintes et/ou de leurs enfants, ont été établies selon la méthodologie des recommandations pour la pratique clinique définie par la Haute Autorité de santé (HAS).Résultats: La principale source d’exposition de la population au méthylmercure (MeHg) est alimentaire, notamment par la consommation de poissons fortement contaminés. Les biomarqueurs d’exposition fiables pour la surveillance de l’imprégnation au MeHg des populations sont le mercure total dans les cheveux et dans le sang total. L’effet critique du MeHg est l’altération des fonctions cognitives résultant d’une exposition prénatale, et 11 μg/g de cheveux la valeur de la concentration capillaire de mercure maternelle, à partir de laquelle cet effet critique peut survenir chez l’enfant. La population prioritaire pour le dépistage est celle des femmes en âge de procréer, ainsi que les enfants âgés de moins de 7 ans, consommant plus de 2 portions de poissons par semaine, ou résidant dans les bourgs isolés de Guyane, particulièrement les femmes enceintes et leurs enfants allaités. Un suivi médical est recommandé pour les femmes enceintes ayant une concentration capillaire de mercure supérieure à 2,5 μg/g de cheveux (limite supérieure de l’intervalle de confiance du 95e percentile dans la population française) ainsi que pour leurs nouveau-nés. Si la concentration capillaire chez la mère et/ou l’enfant a dépassé 11 μg/g, l’enfant doit bénéficier d’un suivi neurodéveloppemental.Conclusion: Les mesures de réduction alimentaire des expositions sont primordiales : l’indication de la chélation se discute dans les cas où des effets neurotoxiques sévères sont possibles. Dans ces recommandations, la prise en charge d’une exposition maternelle au MeHg ainsi que celle de l’enfant à naître sont détaillées dans un organigramme.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times