Affordable Access

Recherche par modélisaion moléculaire de signatures RMN et DC caractéristiques pour les coudes β et y dans les peptides bioactifs.

Authors
  • Migliore, Mattia
Publication Date
Jan 16, 2020
Source
HAL-INRIA
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Ce travail de thèse a porté sur la recherche, par modélisation moléculaire, de signatures RMN et DC caractéristiques pour les coudes γ et β dans les peptides bioactifs. Les coudes γ et β, avec les hélices, constituent des motifs privilégiés de reconnaissance des peptides bioactifs par leurs cibles. Or, bien qu’il existe, au sein des structures de polypeptides, plusieurs catégories de coudes possédant des géométries différentes (2 types de coudes γ et 12 types de coudes β), peu d’outils expérimentaux sont disponibles pour aider à leur distinction. Ainsi, seuls 4 types de coudes β (I, I’, II et II’) ont, pour l’instant été caractérisés par RMN et il n’existe pas de spectre DC de référence fiable pour aucun motif de type coude. Dans un premier temps, afin d’élargir la base de données de RMN pour tous les types de coudes β (I, I’, II, II’, IV₁, IV₂, IV₃, IV₄, Via1, Via2, VIb et VIII) et γ (classique et inverse), nous avons analysé les paramètres structuraux caractéristiques de RMN (distances inter-hydrogènes et constantes de couplages ᶾJʜɴ-ʜꭤ) sur un ensemble de peptides modèles, extraits de la banque de protéines PDB et représentatifs de ces coudes. Les analyses des distances inter-hydrogènes ont permis d’identifier des signatures RMN caractéristiques pour différencier les deux types de coudes γ et certains types de coudes β (IV₁, IV₂,, VIb et VIII). La constante de couplage ᶾJʜɴ-ʜꭤ pourra servir à confirmer l’identification et à lever des ambiguïtés. Dans un second temps, en couplant dynamique moléculaire et TDDFT, nous avons simulé les spectres de DC de référence de peptides modèles adoptant des conformations de coudes β de type I, I’, II et II’. Les simulations ont permis de discerner deux familles de spectres DC caractéristiques : les types I/II’ d’un côté et les types I’/II de l’autre. L’ensemble de ces résultats indique que les coudes ne présentent pas nécessairement les mêmes signatures pour les deux techniques. La combinaison des signatures discriminantes de RMN et de DC pourrait donc permettre une meilleure identification des natures et des différents types de coudes.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times