Affordable Access

Qu’est-ce qui plaît aux visiteurs de la forêt ? Tour d’horizon des préférences liées aux caractéristiques de la forêt et aux modes de gestion des peuplements

Authors
  • Van Keymeulen, Violette
  • Ligot, Gauthier
  • Claessens, Hugues
Publication Date
Jun 01, 2022
Source
ORBi
Keywords
Language
French
License
Green
External links

Abstract

Les forêts wallonnes rendent de nombreux services récréatifs, touristiques et esthétiques dont la valeur est aussi importante qu’insoupçonnée. Or, les sylviculteurs - à travers leurs modes de gestion et la manière dont ils façonnent les caractéristiques de la forêt – peuvent renforcer ces services et tenter de répondre au mieux aux attentes des utilisateurs. Pour y arriver, il convient de pouvoir définir quelles sont les caractéristiques et les modes de sylviculture qui renforcent ou au contraire affaiblissent ces services ou, en d’autres termes, définir les préférences des utilisateurs. À travers une synthèse de la littérature scientifique, nous tentons de synthétiser l’état actuel des connaissances et d’identifier les caractéristiques des peuplements forestiers qui sont généralement préférées par les utilisateurs des forêts. En particulier, les peuplements les plus souvent associés à une haute valeur récréative, scénique et touristique dans nos régions correspondent à ceux ayant une plus grande variabilité spatiale, biologique et structurelle. Ils regroupent notamment les caractéristiques suivantes : la présence de grands et vieux arbres, le mélange d’espèces arborées, l’irrégularité structurelle impliquant une variété d’âge et de taille des individus et la présence de bois mort. Ces peuplements présentent également une continuité temporelle de leur couvert forestier et une densité végétale permettant une visibilité suffisante qui favorisent leur attractivité. A l’échelle du massif, la présence de milieux ouverts semble très importante. Concernant les modes de gestion, les forêts gérées sont souvent préférées aux forêts non gérées et parmi les modes de gestion, ce sont les sylvicultures « proches de la nature », « multi-objectifs » ou encore « à faible impact » qui semblent préférées.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times