Affordable Access

Promotion de l’élevage de petits ruminants par les groupements des femmes de Nampossela et Nitabougoro dans le cercle de Koutiala au Sud du Mali

Authors
  • sanogo*, ousmane m.
  • doumbia, salif
  • descheemaeker, katrien
Publication Date
Jan 01, 2020
Source
Liège Université - Tropicultura
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

L’élevage des animaux domestiques notamment des bovins et des ovins joue un rôle important dans l’atteinte de la sécurité alimentaire et contribue pour une part considérable aux revenus des populations rurales. C’est ainsi que l’on rencontre dans le milieu rural des producteurs agricoles pratiquant l’embouche bovine et ovine pour l’accroissement et la sécurisation des revenus. C’est dans ce contexte que la présente étude a été initiée. L’objectif a été de déterminer les performances zootechniques et économiques des ovins d’embouche. Des fiches ont été utilisées pour la collecte des informations sur les âges des moutons, le prix d’achat, les pesées, l’alimentation, la production de fumier, le prix de vente, etc. l’échantillon d’étude a porté sur 52 moutons en 2016 et 91 moutons en 2017. Ces moutons ont été répartis en trois traitements: T0 (contrôle, moutons alimentés avec des feuilles d’arbre fourrager, d’herbes fraiches et du son), T1 (moutons alimentés avec des feuilles d’arbre fourrager, d’herbes fraiches et du tourteau de coton) et T2 (moutons alimentés avec des feuilles d’arbre fourrager, d’herbes fraiches, du son et du tourteau de coton). Les moutons utilisés étaient constitués de races Djallonké et Bali- Bali. L’analyse des données montre qu’en 2016, le Gain de poids Moyen Quotidien (GMQ) était de 42±25, 55±18 et 67±33 g/jour respectivement pour les traitements T0, T1 et T2. Tandis qu’en 2017, le GMQ était de 28±22 g/jour (T0), 46±28 g/jour (T1) et 42±27 g/jour (T2). A travers ces résultats, il a été constaté que les moutons appartenant aux traitements (T1 et T2) avaient le plus élevé GMQ en comparaison avec les moutons contrôles (T0). Par ailleurs, le cumul de production des déjections animales séchées durant toute la période de l’embouche a fluctué entre 33 (T0) et 43 kg par mouton (T1 et T2) en 2016 contre 37 (T0) et 44 kg par mouton (T1) en 2017. A la vente, les moutons des traitements T1 et T2 ont réalisé en moyenne la plus grande marge bénéficiaire.Au regard des résultats obtenus il est recommandé pour l’embouche ovine de supplémenter les moutons avec du tourteau de coton pour une meilleure production de viande et de déjections animales.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times