Affordable Access

deepdyve-link
Publisher Website

Pinocchio ou la question du départ : coordonnées locales du passage à l’acte violent des jeunes dits radicalisés

Authors
  • Garcia, Gilles
Publication Date
Jan 01, 2020
Identifiers
DOI: 10.3917/pp.051.0057
OAI: oai:cairn.info:PP_051_0057
Source
Cairn
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Œil de pin, bois de chauffe doué de la parole. Le Pinocchio de Collodi (1883), conte la « course-pour-la-mort », la séduction des liens adulte/enfant et une forme de fraternité dans l’ânerie qui nous intéresse particulièrement chez ces jeunes qui partent, que le voyage soit réel ou virtuel, soit une dimension structurale propre à l’adolescence de quitter un corps, un lieu, un idéal. Et si ce corps est à quitter, c’est parce que l’anatomie fait toujours destin. En ce sens le repli identitaire s’articule avec la clinique de l’identification. Geppetto représente ce père à la fois sourd et aimant. Cette déconnaissance à l’égard des siens n’est pas seulement l’épiphénomène d’un échec familial, mais surtout la marque d’un acte réussi d’en être enfin… et ce pour un temps relativement court. Il faut donc s’attarder sur leur façon de vivre leur vie pour qu’elle en vaille la peine. Une vie avant la mort !

Report this publication

Statistics

Seen <100 times