Affordable Access

Parasitisme et contrôle des blooms de diatomées en Manche occidentale

Authors
  • Arsenieff, Laure
Publication Date
Dec 14, 2018
Source
HAL
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Les diatomées constituent un groupe majeur du phytoplancton marin. Ces microalgues peuvent former des blooms saisonniers considérables ayant des implications biogéochimiques importantes notamment sur l’export de carbone. A ce jour, la manière dont le parasitisme structure leur développement reste élusive. L’objectif de cette thèse était d’identifier le(s) parasite(s) associé(s) aux diatomées prédominantes en Manche Occidentale afin de mieux comprendre comment le parasitisme contrôle les blooms de ces microalgues. La première partie de cette thèse visait à décrire le réseau de parasites qui régule les diatomées du genre Guinardia, taxon-clef du microphytoplancton en Nord-Atlantique. Pour cela un travail d’isolement intensif des espèces de Guinardia et des parasites associés a été réalisé entre Août 2015 et Octobre 2016 à la station d’échantillonnage à long terme SOMLIT-Astan. La caractérisation des isolats a permis de mettre en évidence une diversité insoupçonnée de parasites régulant Guinardia delicatula, avec au minimum trois types de parasites appartenant à des lignées distinctes : des virus (Picornavirales, Bacillarnavirus), un parasite eucaryote (Labyrinthulomycetes, Aplanochytrium sp.) et des bactéries algicides (Bacteroidetes, Kordia sp.). Ces nouveaux parasites n’ont jamais été décrits en association avec Guinardia et s’ajoutent donc aux autres parasites connus pour cet hôte. Les parasites isolés à SOMLIT-Astan présentent des stratégies d’infections différentes, suggérant des interactions complexes dans la nature. Dans un second temps, nous avons étendu notre étude à des nanodiatomées appartenant aux genres Minidiscus et Thalassiosira, largement distribuées dans l’océan global mais dont les dynamiques saisonnières et leur contrôle sont quasi-inexplorées. La combinaison d’outils microscopiques et moléculaires a mis en évidence que ces nanodiatomées dominent numériquement la communauté phytoplanctonique à SOMLIT-Astan et qu’elles présentent des patrons saisonniers très marqués. La collection importante de 82 parasites, dont 27 virus, isolés tout au long de l’année à partir de ces deux genres indique pour la première fois un rôle-clé des interactions biotiques dans la régulation des dynamiques des nanodiatomées. Ce projet de thèse révèle une diversité nouvelle et importante de parasites associés aux diatomées au Manche Occidentale. La contribution relative de ces parasites dans la régulation des diatomées, leurs implications biogéochimiques, et évolutives reste à mettre en lumière.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times