Affordable Access

Modèles Agrégés pour la modélisation et la prévision du volume du parc automobile français

Authors
  • Kolli, Zehir
Publication Date
Feb 11, 2011
Source
HAL-UPMC
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Selon l’Ademe, en France, le secteur des transports est responsable en 2010 de 26% des émissions de GES et de 37% des rejets de CO2. A eux seuls, selon le CITEPA, les véhicules particuliers génèrent en 2007, 50,9% du total transport estimé à 132,6 Mt CO2. Or, la France s’est engagée dans un processus de réduction des émissions en ratifiant le protocole de Kyoto en novembre 1997. Il établit des objectifs de réduction d’émissions pour six GES (gaz à effet de serre) et la France, comme les pays cités dans l’annexe du protocole, s’engage, à l’horizon 2008-2012, à réduire globalement ses émissions de 5,2 % par rapport à celles de 1990. Par ailleurs, s’inscrivant dans une vision à long terme, le Grenelle de l’Environnement (octobre 2007) fixe un objectif de diviser ses émissions par quatre ('facteur 4') d’ici à 2050. Ainsi la prévision de l’équipement automobile et du volume du parc automobile français joue un rôle central dans la planification et la prise de décision de nombreux organismes publics et privés. Or l’année 2001 a marqué la fin d'un pilier pour l'estimation du parc automobile puisque la vignette, qui permettait de connaître le nombre total de véhicules soumis à la fiscalité française, a disparu. Ce travail vise à pallier la disparition de ces informations. Dans ce cadre, nous nous intéressons aux estimations et aux projections à l’horizon 2020 du volume du parc statique de véhicules particuliers en comparant quelques résultats issus de 4 modèles de croissance agrégés (logistique, Gompertz, Tanner, Von Bertalanffy) ajustés à l’aide de l’algorithme de Gauss-Newton sur une série annuelle de parc allant de 1955 à 2010 provenant de la Commission des Comptes Transports de la Nation. Les modèles logistique et de Gompertz montrent respectivement un niveau de saturation du volume du parc estimé à 31812000 et 35157000 véhicules ce qui est assez proche du niveau de janvier 2010 estimé à 31050000 véhicules par le CCFA (Comité des Constructeurs Français Automobile). Cependant, nous montrons que l’hypothèse de saturation du parc n’est pas vérifiée par les modèles de Tanner et de Von Bertalanffy qui s’ajustent mieux à nos données.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times