Affordable Access

Mesurer et spatialiser la connectivité pour modéliser les changements des systèmes environnementaux. Approches comparées en écologie du paysage et en géomorphologie

Authors
  • Bourgeois, Marc
  • Cossart, Etienne
  • Fressard, Mathieu
Publication Date
Jan 01, 2017
Source
Kaleidoscope Open Archive
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Le concept de connectivité est mobilisé dans plusieurs disciplines relevant des sciences de l'environnement, comme la géomorphologie ou l'écologie du paysage, pour mieux évaluer la réponse des systèmes environnementaux aux forçages naturels (e.g. climatiques) et anthropiques (e.g. changements de modes d'occupation du sol, construction d'infrastructures linéaires, etc.). La mesure et la spatialisation de la connectivité permet en effet de comprendre aussi bien l'organisation des réseaux de flux sédimentaires (géomorphologie) que des réseaux écologiques (écologie du paysage), notamment pour mettre en évidence dans quelle mesure ces réseaux sont aptes à propager des perturbations. Bien que les objets d'étude soient différents, nous pouvons cependant identifier des passerelles méthodologiques communes entre ces deux champs thématiques, notamment pour spatialiser les propriétés des réseaux écologiques et de flux sédimentaires à l'aide de la théorie des graphes. La représentation topologique d'un réseau sous forme de graphes constitue un support permettant de mesurer la connectivité via le calcul de métriques à différentes échelles. Pour illustrer nos propos, nous proposons ici de comparer deux exemples de protocoles méthodologiques, l'un visant à évaluer l'impact écologique de différentes formes d'urbanisation sur l'aire urbaine de Besançon, et l'autre visant à évaluer l'impact du changement climatique sur un réseau de flux sédimentaires dans un bassin versant alpin. Nous montrons au final que dans le champ de la géomorphologie ou de l'écologie du paysage, l'analyse de la connectivité constitue un socle méthodologique pertinent pour mieux évaluer les propriétés de résilience de systèmes environnementaux face à des forçages globaux (changements climatiques) ou plus locaux (activités anthropiques).

Report this publication

Statistics

Seen <100 times