Affordable Access

Marqueurs biologiques dépistage et de suivi des insuffisances rénales aiguës et chroniques : données actuelles et place du pharmacien à l’officine

Authors
  • Ziajka, Stéphanie
Publication Date
Jul 11, 2016
Source
HAL-UPMC
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Les pathologies rénales, insuffisance rénale aiguë (IRA) et maladie rénale chronique (MRC), sont fréquentes et constituent un problème majeur de santé public. L’IRA est une dysfonction rénale soudaine provoquée par une rétention des déchetsmétaboliques, nécessitant souvent une dialyse, et causée essentiellement par une néphrotoxicité médicamenteuse. La MRC est une pathologie multifactorielle fréquente chez les personnes âgées et caractérisée par de nombreuses complicationssévères. Le diabète et les maladies cardiovasculaires sont les étiologies principales. Leur symptomatologie clinique est peu spécifique et silencieuse. Le diagnostic établi par des marqueurs traditionnels (créatinine et baisse de diurèse pour l’IRA, débit de filtration glomérulaire (DFG) et albuminurie/protéinurie pour la MRC) est médiocre car ce sont des indicateurs tardifs et approximatifs dans de nombreuses situations cliniques.Le dépistage précoce et rapide de ces maladies et la détermination de leurs causes sont primordiaux pour la prise en charge des patients et permettent le suivi de nombreuses complications de la MRC, afin de minimiser, voire éviter des dégâtsrénaux parfois irréversibles (recours à un traitement de suppléance) ou la mortalité.De nouveaux biomarqueurs rénaux ont le potentiel d’identifier plus tôt les patients atteints d’IRA ou de MRC afin de permettre de freiner leur évolution par des traitements protecteurs et améliorer leur pronostic. Ces biomarqueurs de lésiontubulaire rénale sont précoces, sensibles, spécifiques et performants dans le diagnostic différentiel. Il s’agit avant tout de NGAL, KIM-1, IL-18, NAG etc pour le diagnostic d’IRA, et d’indicateurs d’atteinte fonctionnelle rénale comme la cystatine C, FGF23, la ?2-microglobuline et L-FABP pour la MRC. Les études des marqueurs d’origines variéespermettent d’établir leurs structures, leurs rôles physiologiques et les circonstances dans lesquelles ils apparaissent les plus utiles dans l’aide au diagnostic des maladies rénales. Parmi eux, la cystatine C est déjà utilisée avec succès dansl’estimation précise du DFG et dans la prévision du risque cardiovasculaire lié à la MRC. La NGAL est un indicateur très précoce, sensible et fortement exprimé lors d’une atteinte rénale aiguë, notamment au cours des IRA d’origine ischémiqueou néphrotoxique, comme le marqueur KIM-1. La comparaison de ces molécules entre elles suggère que la formation de panels de combinaisons de ces marqueurs associés à la connaissance des médecins sera la plus pertinente dans l’établissement d’un diagnostic précoce. Le rôle du pharmacien d’officine concerne la prise en charge des patients insuffisants rénaux chroniques dans leurstraitements, leur éducation thérapeutique et le suivi des complications

Report this publication

Statistics

Seen <100 times