Affordable Access

L’intubation préhospitalière réalisée en secours en montagne n’a pas de lien avec le devenir neurologique des patients traumatisés crâniens graves

Authors
  • Marot, Camille
Publication Date
Jan 01, 2023
Source
HAL-Descartes
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Dans la région nord alpine, les activités de montagne sont très fréquemment pratiquées en été comme en hiver. Sur les 10 dernières années, on observe une hausse importante du nombre d’interventions réalisées par le secours en montagne. Une large proportion de ces accidents sont médicalisés par un médecin du SMUR et environ 10% d’entre eux concernent la prise en charge d’un traumatisé crânien grave (TCG). Les recommandations actuelles préconisent l’intubation orotrachéale et la ventilation mécanique en préhospitalier d’un patient traumatisé crânien grave afin d’assurer le contrôle optimal de ses paramètres vitaux dans le but d’améliorer le pronostic neurologique. Cependant, dans le contexte d’une intervention en montagne, les difficultés liées à l’environnement, le travail en équipe réduite et les contraintes de temps amènent à se questionner sur la pertinence de la réalisation d’une intubation orotrachéale (IOT). Dans cette étude rétrospective, nous avons étudié le lien entre l’intubation orotrachéal et le devenir neurologique à la sortie de l’hôpital. 166 traumatisés crâniens graves inclus dans le registre du TRENAU ont été pris en charge par le secours en montagne dans la région nord alpine entre 2008 et 2018. Parmi eux, 129 patients (78%) ont été intubés en préhospitalier et 31 (19%) ont été intubés à l’hôpital. 31% des patients intubés en préhospitalier sont décédés avant la sortie de l’hôpital contre 22% des patients intubés à l’hôpital (p = 0,3). 25% des patients intubés en préhospitalier ressortent sans aucune séquelle neurologique contre 38% chez les patients intubés à l’hôpital. De plus l’intubation préhospitalière ne semble pas diminuer les durées d’hospitalisation des TCG, ni permettre un meilleur contrôle des paramètres vitaux en préhospitalier et à l’arrivée à l’hôpital. Cependant, elle ne semble pas allonger les délais d’intervention préhospitalier. Une comparaison des populations TCG montagne et TCG non montagne a également été réalisée dans une seconde partie de l’étude. L’intubation préhospitalière d’un TCG est moins souvent réalisée en montagne (80% TCG montagne vs 86% des non montagne p = 0,04), pour autant les paramètres vitaux (Sp02 et pression artérielle) semblent aussi bien contrôlés. L’intubation hospitalière et le contexte montagne ne paraissent pas influencer sur la mortalité des TCG. Bien que les TCG soient fréquents en secours en montagne, il s’agit de la première étude sur le sujet. La gestion du TCG par le médecin en secours en montagne est complexe et vise à contrôler les ACSOS. L’IOT préhospitalière ne semblerait pas améliorer le pronostic neurologique des patients TCG dans le contexte spécifique du secours en montagne médicalisé. Certains autres critères tels qu’une détresse respiratoire associée, les temps de transport ou des éléments de terrains relatifs à l’évacuation sont probablement à prendre aussi en compte dans la décision d’IOT.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times