Affordable Access

deepdyve-link
Publisher Website

L’Incarnation, les mathématiques et la philosophie

Authors
  • Brochier, Emmanuel
Publication Date
Jan 01, 2018
Identifiers
DOI: 10.3917/trans.144.0075
OAI: oai:cairn.info:TRANS_144_0075
Source
Cairn
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Le modèle de l’Incarnation a exercé une fonction épistémique non seulement au Moyen Âge, mais aussi au début des Temps modernes. Où donc se situe la rupture ? S’il était justifié par la valeur de cohérence chez les Latins, le modèle de l’Incarnation est à l’origine de nouvelles analogies ou métaphores chez les Modernes, qui finiront par engendrer son rejet. Ce retournement s’explique de prime abord par une rupture profonde au niveau des mathématiques, à la pratique grecque d’une mathématique de l’άλήθεια s’étant substituée une mathématique de la certitude. Il en a résulté un épuisement généralisé dont on peut dire que l’issue dépend, au moins en partie, de la philosophie de la nature.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times