Affordable Access

Lieux de vie, lieux de luttes

Authors
  • M'boup, Idrissa
Publication Date
Sep 14, 2017
Source
HAL-Descartes
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Marquée par le régime de l’apartheid et son système de développement séparé des populations, l’Afrique du Sud demeure un pays extrêmement inégalitaire où deux mondes se côtoient : un monde développé, riche et encore majoritairement Blanc, disposant de services et d’un environnement urbains de qualité , et où maisons prennent la forme de forteresses sécurisées par des barrières électriques et des clôtures ; de l’autre côté un monde sous-développé, majoritairement Noir, marqué par le chômage de masse, la criminalité et le mal logement. Dans une société socialement et racialement ségréguée, les informal settlements (bidonvilles) sont les espaces urbains les plus démunis et les plus marginalisés. Au Cap, ils regroupent pourtant plus de 20% de la population de l’agglomération.Alors que les politiques publiques post-apartheid ont échoué à bâtir des villes plus inclusives et à réduire les inégalités socio-économiques, les mouvements sociaux et les organismes militants se sont développés à travers le pays. Au Cap, ce sont des organisations à but non lucratif - comme les ONG - qui prennent en charge le développement urbain des quartiers les plus pauvres.À travers leurs actions, elles participent au développement urbain de ces espaces marginalisés et à l’intégration des populations dans le système urbain et social par des stratégies de participation et d’engagement citoyen, en développant notamment les espaces publics, les services et les équipements urbains. Espaces ségrégués, les <i>informal settlements</i> sont dans ce cadre considérés comme des lieux de vie à part entière et où le Droit à la Ville - concept d’Henri Lefebvre - est revendiqué et ré-approprié par leurs populations.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times