Affordable Access

deepdyve-link
Publisher Website

Les hybrides, la géographie de la nature et de l'environnement

Authors
  • Lespez, Laurent
  • Dufour, Simon
Publication Date
Feb 01, 2021
Identifiers
DOI: 10.3917/ag.737.0058
OAI: oai:HAL:hal-03143780v1
Source
HAL
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

À l’ère de l’Anthropocène, la transformation de la nature matérielle par les sociétés est de mieux en mieux assimilée. De nombreuses recherches proposent ainsi d’envisager la nature contemporaine comme le résultat de l’hybridation de la nature et de la culture. Mais que sont les hybrides et quelle place doit-on leur accorder ? L’examen du concept en géographie, et dans quelques disciplines voisines, permet d’effectuer plusieurs constats. La géographie démontre depuis longtemps que l’environnement est constitué d’hybrides possédant une dimension matérielle et dont la compréhension ne peut se faire qu’en les inscrivant dans l’espace et dans le temps. Ces hybrides correspondent à des systèmes (géosystèmes, anthroposystèmes)mais aussi aux objets élémentaires qui les constituent (sédiment, arbre, etc.) qui sont ontologiquement socionaturels. Mais nous n’étudions pas des hybrides de nature et de culture mais des hybrides entre des processus physicochimiques, biologiques et sociaux dont la différenciation relève plus d’une distinction méthodologique qu’ontologique. L’examen montre qu’en géographie, l’hybridation semble soit implicite, soit évidente, et demeure un cadre de référence général plutôt qu’un enjeu scientifique et programmatique. À partir de nos recherches sur les cours d’eau, nous montrons que la matérialité contemporaine est composée d’objets hybrides par construction ou par métabolisme. C’est pourquoi nous proposons une géographie des objets hybrides qui s’appuie sur le renforcement d’un espace intradisciplinaire en géographie, seul àmême d’articuler toutes les dimensions nécessaires à leur compréhension

Report this publication

Statistics

Seen <100 times