Affordable Access

LES HOMMES D'AFFAIRES DE LA RENAISSANCE ET L' " ESPRIT DU CAPITALISME " L'exemple de la lettre de change

Authors
  • Walery, Serge
Publication Date
Oct 09, 2003
Source
HAL-UPMC
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Dans le cadre des bouleversements et redéfinitions qui affectèrent l’Europe du 14ème au 16ème siècles, les Hommes d’Affaires de la Renaissance (HAR), constituant une minorité au départ infime de la classe marchande, vont progressivement mais radicalement transformer leur rapport aux contraintes. De façon quelque peu triviale, on pourrait dire qu’il ne s’agit plus pour eux, de développer leurs activités et leurs gains dans un univers de contraintes intangibles, mais au contraire d’échapper à celles-ci ou de les repousser, par quelque moyen que ce soit, afin de laisser libre cours à l’accumulation du capital. On se propose ici, dans la perspective initiée par Fernand Braudel, de mettre en évidence l’ingéniosité et la créativité que déployèrent les HAR, pour élargir, contourner, dépasser, supprimer, les contraintes de tous ordres entravant le développement de l’accumulation du capital. Cette créativité institutionnelle, conventionnelle, comportementale, organisationnelle et technique, visant à façonner et à transformer la réalité matérielle dans le seul souci de répondre aux nécessités de l’accumulation, constitue ce que nous appellerons l’esprit du capitalisme, dont les HAR, en tant que groupe, étaient porteurs. Si cette créativité concrète occupe une place éminente dans l’émergence du capitalisme, c’est qu’elle est le vecteur par lequel se matérialise, dans l’ordre social, la logique d’accumulation du capital. Avec les HAR, les impératifs de l’accumulation commencent, très “localement”, à façonner l’organisation sociale et les comportements individuels ; avec les HAR, commencent à s’esquisser et à s’affirmer des comportements, des relations, des règles, des conventions, des institutions… tous éléments, produits de la longue durée, et que l’économie pure ignore, en les considérant, au moins implicitement, comme naturels, universels ou immanents à son homo oeconomicus.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times