Affordable Access

La sarcopénie est-elle un facteur de morbi-mortalité dans le traitement des tumeurs localisées de la vessie infiltrant le muscle ?

Authors
  • Fraisse, Guillaume
Publication Date
Sep 24, 2018
Source
HAL-Descartes
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Introduction : la sarcopénie évaluée à partir de la mesure de l’indice de masse musculaire striée (SMI) a été étudié comme facteur prédictif de morbi-mortalité en chirurgie. L’objectif de cette étude était d’évaluer si elle était prédictive de la morbi-mortalité chez les patients pris en charge par cystectomie ou par traitement tri modal (TTM), associant radiothérapie et chimiothérapie après résection endoscopique de la tumeur, pour une TVIM localisée. Matériels et méthodes : les patients consécutifs de 2 centres hospitalo-universitaires traités par cystectomie ou par TTM ont été inclus. Le SMI était calculé à partir de coupes axiales en L3 sur les scanners pré-thérapeutiques. La sarcopénie a été évaluée de deux façons : soit par le SMI sans ajustement de la masse musculaire, soit en utilisant la définition de Martin prenant en compte le sexe et l’IMC des patients, alors appelée « sarcopénie ajustée ». Le critère de jugement principal était la survie globale (SG) en fonction de la sarcopénie. Les critères secondaires étaient la SG, la survie sans progression (SSP) et la survie sans ré-hospitalisation (SSR) pour la population totale et pour chaque groupe de traitement. Les analyses de survie ont été réalisées selon le modèle de Cox. L’association entre sarcopénie et complications a été recherchée par le test du Chi 2. Résultats : les caractéristiques des patients sarcopéniques et non sarcopéniques étaient comparables excepté pour 2 critères : patients plus âgés dans le groupe sarcopénique et proportion plus importante de chimiothérapie néo-adjuvante chez les patients non sarcopéniques. La sarcopénie ajustée n’était significativement associée à aucun type de survie contrairement au SMI qui était associé à la SG et à la SSR dans la population totale (p = 0.01 et p = 0.02) et à la SG dans le groupe de patients traités par cystectomie (p = 0.02). La sarcopénie n’était associée ni à la proportion ni à la sévérité des complications. Conclusion : le SMI calculé avant la prise en charge des TVIM était associé à la survie dans notre étude contrairement à la sarcopénie ajustée. Le choix d’un seuil de SMI faciliterait son utilisation par le praticien mais se heurte à la définition d’un seuil applicable à toutes les populations.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times