Affordable Access

La Mouthe, une grotte au carrefour des approches archéo-géomorphologiques. Problématiques croisées de méthodes d'analyse en grotte ornée à travers l'exemple d'une découverte séculaire.

Authors
  • Petrognani, Sétphane
  • Eric, Robert
  • Baumann, Malvina
  • Calligaro, Morgane
  • Crépin, Laurent
  • Cretin, Catherine
  • Djema, Hélène
  • Garate Maidagan, Diego
  • Julien, Marie-Anne
  • Le Fillâtre, Virginie
  • Lesvignes, Emilie
  • Madelaine, Stéphane
  • Medina-Alcaide, Maria Ángeles
  • Muth, Xavier
  • Nespoulet, Roland
  • Puig, Céline
  • Rivero, Olivia
  • Touquet, Régis
  • Vandevelde, Ségolène
Publication Date
May 02, 2022
Source
HAL-INSU
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Découverte en 1895, la grotte de la Mouthe occupe une place à part dans la recherche en préhistoire, tant pour la reconnaissance de l'art pariétal, que par son histoire depuis sa découverte. En effet, lieu d'innovations méthodologiques (premières photographies en grotte ornée, premiers relevés de l'abbé Breuil, premiers moulages en parois...), elle en porte aussi les nombreux stigmates, tant sur les parois que la sédimentation.Lieu d'habitat préhistorique et espace orné paléolithique, elle témoigne de fréquentations répétées depuis le Paléolithique moyen, jusqu'au Néolithique, par ses innombrables vestiges archéologiques dont une part importante, hélas, est aujourd'hui dispersée (dans divers musées de France, de Suisse, d'Angleterre, des Etats-Unis...), voire perdue.Faire face à la multitude de ces témoignages, comme à celles des travaux, exploitations et transformations qu'a connu la grotte depuis 125 ans, telle est l'ambition d'un programme interdisciplinaire qui a démarré en 2018, dans la grotte de la Mouthe.A l'image des nombreux questionnements qui demeurent sur ce site, finalement méconnu au regard de son importance historique majeure, elle rassemble des chercheurs de nombreuses disciplines, porteurs d'objectifs complémentaires : reconstitutions des occupations et productions humaines du Moustérien au Néolithique, des phases de décor à travers le Paléolithique supérieur, des volumes, espaces et surfaces d'origine de la grotte, etc. Pour y répondre, le choix a été fait d'associer et de combiner les spécialités et les méthodes, plutôt que d'aborder les champs séparément.Ainsi, gestion des collections, des vestiges, collecte de la mémoire du site et de ceux qui l'ont fréquenté depuis plus d'un siècle, utilisations des tranchées préexistantes pour accéder aux remplissages (sondages ou nettoyage de coupe), topographie fine et reconstitution des volumes via la 3D, géomorphologie, géochronologie et chronostratigraphie des remplissages et occupations du Moustérien au Paléolithique supérieur, cartographie croisée des parois entre archéologie, géomorphologie et taphonomie, sont abordées de front, en commun, par les membres de l'équipe en privilégiant des outils partagés. La production de nos propres archives est à l'image de cet objectif, à travers la constitution d'une base et d'un référentielcommun, des sols aux parois.Nous souhaitons profiter de la thématique de cette session pour présenter nos orientations méthodologiques, discuter notre approche croisée intégrative et interactive, destinée à évaluer les influences taphonomiques anthropiques, géomorphologiques ou biologiques, à la fois surla préhistoire (depuis plusieurs dizaines de millénaires), et l'histoire (depuis plus d'un siècle) de la grotte de la Mouthe.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times