Affordable Access

Jules Barbey d’Aurevilly, Ce qui ne meurt pas

Authors
  • Melmoux-Montaubin, Marie-Françoise
Publication Date
Jan 01, 2015
Source
HAL-Descartes
Keywords
Language
French
License
Green
External links

Abstract

Premier roman d’un jeune Barbey romantique, écrit autourde 1835, Ce qui ne meurt pas, d’abord intitulé «Germaine »,fut aussi le dernier que le romancier publia, en 1883. Romannormand, qui habite le marais comme L’Ensorcelée occupait lalande, Ce qui ne meurt pas déploie une histoire frénétique,toute d’incestes et d’adultère, mâtinés d’homosexualité, desoupçons de nécrophilie et de matricide, en sorte que le textepeut se lire comme un condensé, maladroit parfois, de tous lesfantasmes aurevilliens. Mais cette histoire est aussi une étrangeaventure immobile, à peu près dépourvue d’action, à laquelle lehuis-clos de trois individus inextricablement liés donne seulson intensité. Écrit comme une tragédie où s’imposerait unfatum implacable, le roman se présente pourtant comme unroman catholique, marqué par les rigueurs d’un jansénisme quisemble sanctifier la douleur et refuser au pécheur toute possibilitéde rédemption. Si la pitié est « ce qui ne meurt pas », pourqui se fie du moins à la leçon explicite mais contestable del’épilogue, le roman tout entier s’attache à manifester ce quimeurt, dans une sorte de jouissance effrénée de la flétrissure etde la dégradation ; profondément marqué par les rêveriesromantiques et par les destins de René ou de Lélia, Ce qui nemeurt pas rejoint ainsi la tonalité crépusculaire de la décadence,dont sa publication le rend contemporain.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times