Affordable Access

Impact d’une proposition de réévaluation médicale à J3/J5 sur le taux de récidive d’entorses de cheville à 3 mois en Guadeloupe

Authors
  • Ribollet, Thomas
Publication Date
Oct 16, 2017
Source
HAL
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Introduction : L’entorse de cheville est l’urgence traumatologique la plus fréquente en France. Aux urgences du CHU de Pointe -à- Pitre, elle représente 340 cas sur l’année 2015. Le taux de récidive est estimé entre 25% et 27% à 3 mois L’objectif de ce travail est d’évaluer l’impact d’une consultation médicale dans les 5 premiers jours après le passage aux urgences sur le taux de récidive d’entorse de cheville à 3 mois. Matériel et méthodes : C’est une étude monocentrique prospective descriptive réalisée au CHU de Pointe-à-Pitre entre novembre 2016 et mars 2017. Tous les patients majeurs ayant consulté aux urgences pour une entorse de cheville sans polytraumatisme ont été inclus. Les données démographiques ont étés recueillies par le questionnaire d’inclusion rempli par le patient. Le recueil du critère de jugement principal à savoir la survenue d’une récidive, était réalisé à 3 mois par un questionnaire téléphonique. Résultats : 123 passages aux urgences ont été comptabilisés pour un total de 67 patients inclus. Le critère de jugement principal a été recueilli chez 64 patients, soit un taux de réponse à 95%. 29 patients ont étés réévalués dans un délai inférieur à 5 jours. Il existait une différence de moyenne d’âge de 28 ans contre 38 ans dans le groupe non réévalué (p<0,001).Le taux de récidive global est de 42,7 % à 3 mois. Ce taux dans le groupe réévalué est de 17,2% vs 62.9% (OR 0,12 [0,04 ; 0,4], p < 0,001). La réévaluation médicale à J5 permet une diminution de la sensation de laxité chronique, 44,8% vs 80% dans le groupe non réévalué OR 0,2 [0,07 ; 0,61] (p= 0,003). Cependant cette réévaluation n’a pas d’effet statiquement significatif sur la douleur chronique ni sur le temps de reprise du sport. Il n’est pas retrouvé de facteurs prédictifs de récidive en analyse univariée. Conclusion : Il existe une association entre la réévaluation médicale dans un délai inférieur à 5 jours et la prévention des récidives. Notre étude est limitée par la faible importance de l’effectif et par des groupes non comparables sur l’âge. Les résultats doivent servir de point de départ pour un essai randomisé imposant la réévaluation afin d’établir des recommandations de haut grade sur cette réévaluation en terme pronostique.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times