Affordable Access

Impact d'un additif alimentaire fonctionnel sur le comportement et la régulation de la satiété chez un modèle porcin de stress psychosocial chronique

Authors
  • Lerch, Noémie
  • Menneson, Sophie
  • Ménicot, Samuel
  • Noirot, Virginie
  • Etienne, Pierre
  • Coquery, Nicolas
  • Val-Laillet, David
Publication Date
Jun 19, 2018
Source
HAL-UPMC
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Chez l'Homme, le stress chronique peut entraîner de l'anxiété ou une dépression. Chez l'animald'élevage, des conditions stressantes peuvent induire des pathologies similaires et altérer bien-êtreet productivité (e.g. stéréotypies, apathie, anhédonie, anorexie, inflammation). Dans cette étude, lespropriétés anxiolytiques et antidépressives d'un additif alimentaire fonctionnel (composé d'extraitsnaturels épicés) ont été étudiées chez le porc, en s'appuyant sur un modèle de stress psychosocialcombinant isolement social, milieu appauvri et imprévisibilité de l'environnement (cf. Menneson etal.). Deux groupes expérimentaux ont été constitués, avec consommation d'un aliment avec additif(N=12) ou placebo (N=12). Afin d'étudier les effets comportementaux de l'additif et les mécanismessous-jacents, deux approches ont été menées. Une approche comportementale a consisté en desobservations dans la loge d'élevage (focalsampling), et en des tests comportementaux réalisés dans desenvironnements nouveaux : open -field, novelty-suppressed feeding, et test de contention. Une approchephysiologique a consisté en des dosages de cortisol salivaire ainsi que des dosages plasmatiques : LPS,glucose et GLP-1, afin d'évaluer respectivement la réactivité de l'axe corticotrope, une éventuelleendotoxémie plasma- tique, et certains paramètres métaboliques régulant la faim. Lors du test de .l'open-field, les animaux avec additifs ont exprimé moins de tentatives d'échappée du dispositif encomparaison des témoins (p=0.04). Après six semaines sous additif, le temps passé à explorer la loged'élevage (focus sompling) était accru chez les témoins (p=0.03). Les autres tests comportementauxn'ont pas permis de différencier les groupes. Au niveau physiologique, les taux de GLP-1 (hormonesatiétogène) et de LPS étaient inférieurs chez les individus ayant reçu l'additif (GLP-1 : p=0.03 ; LPS :p=0.04). Ces résultats suggèrent que l'additif fonctionnel utilisé aurait des effets apaisants au niveaucomportemental, qu'il pourrait limiter l'endotoxémie et avoir un effet orexigène capable de limiter laperte d'appétit liée au stress.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times