Affordable Access

Hor-GAS : stratégie thérapeutique du creux axillaire chez les patientes atteintes d'un cancer du sein infiltrant luminal cN0 ayant bénéficié d'une hormonothérapie néo-adjuvante : intérêt du ganglion sentinelle pour limiter le recours au curage axillaire

Authors
  • Hourrier, Audrey
Publication Date
Oct 20, 2022
Source
HAL-Descartes
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Objectif : estimer le taux de curage axillaire ayant pu être évité depuis l’instauration du ganglion sentinelle (GS) après hormonothérapie néo-adjuvante (HNA), d’évaluer la récidive loco-régionale, la survie sans maladie en fonction de l’atteinte ganglionnaire. Matériel et Méthode : étude rétrospective, monocentrique, de Janvier 2010 à Décembre 2021 sur l’institut Bergonié, centre de lutte anti-cancer de la région Nouvelle Aquitaine. Étaient inclus : patientes présentant un cancer du sein infiltrant hormono-dépendant unilatéral et unifocal, sans atteinte ganglionnaire (cN0), non métastatique (cM0), traitées par HNA puis chirurgie axillaire par GS. Étaient exclus : antécédent de cancer du sein, mutation BRCA1 ou 2, cancers infiltrants localement avancés (cT4). Le critère de jugement principal était le taux de curage axillaire évité après GS axillaire négatif. Résultats : sur 163 patientes, 107 avaient un GS négatif et n’ont pas bénéficié d’un curage axillaire, soit un taux de curage axillaire évité de 65.6%. Après curage axillaire, les patientes n’ayant qu’un seul GS envahi avait une probabilité plus forte d’avoir un curage axillaire négatif par rapport aux patientes ayant une atteinte ≥ 2 GS. La survie sans maladie à distance était significativement plus importante en cas de non envahissement ganglionnaire (p = 0.0091) ou en cas d’envahissement ganglionnaire micro-métastatique (p=0.049) par rapport aux patientes ayant une invasion macro-métastatique. Conclusion : le GS semble une prise en charge chirurgicale raisonnable pour identifier les patientes ayant une charge d’invasion ganglionnaire limitée (micro-métastatique ou macro-métastatique sur un GS) et leur éviter de ce fait un curage axillaire. Par contre en cas d’invasion ≥ 2 GS, nos données ne sont pas assez robustes pour ne pas recommander la réalisation du curage.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times