Affordable Access

'Gender gap à la française' : recomposition ou dépassement ?:L’élection présidentielle 2012

Authors
  • Sénac, Réjane
  • Parodi, Maxime
Publication Date
Jan 01, 1951
Source
SPIRE @ SciencesPo
Keywords
Language
French
License
Green
External links

Abstract

Du droit à la contraception en 1965 à la parité en 1995 en passant par l’avortement en 1974, l’élection présidentielle française est le théâtre de débats sur les déclinaisons politiques du principe, constitutionnel depuis 1946, d’égalité de droits entre les sexes. L’élection présidentielle de 2012 se caractérise à la fois par l’intensité de la médiatisation sur ce sujet et par la transversalité des thèmes abordés (égalité salariale, lutte contre les violences, parité…). Après avoir questionné la dimension politique du rapport à l’égalité femmes-hommes dans la campagne présidentielle 2012, il s’agira de se demander si cette élection annonce la fin d’un vote sexué. Les analyses électorales soulignent depuis les années 1980 l’alignement du vote des femmes sur celui des hommes en lien avec la modification de leur statut en termes d’autonomie socio-économique. La réticence des électrices à voter pour le Front national est alors interprétée comme l’expression de différences sociodémographiques (en particulier d’âge et de religion) portant des enjeux de valeur. Nous interrogerons l’actualité et l’évolution du « gender gap à la française » à partir des enquêtes Présidoscopie et post-électorale 2012 du CEVIPOF. Leur analyse nous conduira à expliquer le rapprochement notable du vote des femmes et des hommes pour le Front national par l’attrait exercé par le repositionnement social de ce parti, en particulier sur la population précaire où les femmes sont plus présentes. / From contraception rights in 1965, to abortion rights in 1974, and demands for parity in 1995, the French presidential election has been the theater for debate on the principle of equal rights between the sexes which has been a constitutional right in France since 1946. The 2012 French presidential election was characterised by intense media coverage of the subject, focussing in particular on equal pay, the struggle to end violence against women, and parity. The discussion will firstly focus on the political dimension of attitudes towards gender equality in the election campaign, and will then look at whether this election saw the end of gender-based electoral behavior. Since the 1980s, electoral analyses have underlined the alignment of male-female electoral behavior explaining this in terms of their new-found socioeconomic autonomy. The reticence of women to vote for the National Front was interpreted as an expression of socio-demographic differences (in particular concerning age and religion) that expressed certain value issues. Analysis of the 2012 Présidoscopie and the post-election survey carried out by the Cevipof sheds light on current developments and changes in the French-style gender gap. It offers an explanation for the notable alignment of the male-female vote for the National Front, showing how the social repositioning of the party has increased their appeal in particular to sections of the population where job insecurity is highest and which include large numbers of women.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times