La critique journalistique en région. Entre le commentaire et le superlatif

Affordable Access

La critique journalistique en région. Entre le commentaire et le superlatif

Authors
Publisher
Cahiers de théâtre Jeu inc.

Abstract

La critique journalistique en région. Entre le commentaire et le superlatif Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Article Michel Marc Bouchard Jeu : revue de théâtre, n° 40, 1986, p. 46-48. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/28701ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 15 February 2014 09:13 « La critique journalistique en région. Entre le commentaire et le superlatif » la critique journalistique en région entre le commentaire et le superlatif* Il est très hasardeux de discourir logiquement et objectivement sur une matière aussi impulsive et subjective que le rôle du critique théâtral en région, l'intérêt de ce journaliste pour le théâtre étant, dans la plupart des cas, relié à tout autre chose que le média lui-même.Le théâtre s'ins- crit ici dans la liste des sujets à couvrir, entre les feux de forêt et les manifestations populaires. Le journaliste se doit d'informer le public de tout ce qui est d'ordre «culturel». Il travaille la plupart du temps dans un hebdomadaire régional ou une station radiophonique locale. La méconnaissance du sujet dont il traite et la périodicité dont il dispose (un, parfois deux papiers par semaine) ne me permettent pas d'employer l'appellation «critique professionnel de théâtre».

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.