Affordable Access

Le trésor de la langue française au Québec (5)

Authors
Publisher
Les Publications Québec français
Publication Date
Disciplines
  • Political Science

Abstract

Le trésor de la langue française au Québec (5) Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Article Claude Poirier Québec français, n° 50, 1983, p. 19. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/55389ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 16 February 2014 08:32 « Le trésor de la langue française au Québec (5) » CHRONIQUE Le trésor de la langue française au Québec (5) Claude poi r ier Il y a gourganes et gourganes I Pour bon nombre de Québécois, le mot gourgane désigne une grosse fève et est associé à l'expression soupe aux gourganes. C'est un mot de l'est du Québec et du Saguenay-Lac-Saint-Jean, où la culture de la plante est répandue, mais on le connaît de plus en plus à l'extérieur du Pays des gourganes. D'après la documentation du TLFQ, gourgane est attesté au Québec depuis la seconde moitié du 18e siècle. Les Montréalais peuvent cependant se vanter d'avoir été les premiers à uti- liser le mot gourgane. Les documents d'archives nous apprennent que, dès la fin du 17e siècle, les habitants de Mont- réal mangeaient des gourganes, mais des gourganes de porc, c'est-à-dire des bajoues de porc fumées. Gourgane est encore employé avec ce sens par cer- taines personnes âgées, surtout dans la région de Montréal (v

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.