Hahaha de Hong Sang-soo

Affordable Access

Hahaha de Hong Sang-soo

Authors
Publisher
24/30 I/S

Abstract

Hahaha de Hong Sang-soo Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Compte rendu par Jacques Kermabon 24 images, n° 148, 2010, p. 30. Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante : http://id.erudit.org/iderudit/62831ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 17 February 2014 01:57 Ouvrage recensé : Hahaha de Hong Sang-soo 3 0 2 4 i m a g e s 1 4 8 Un homme qui crie de Mahamat-Saleh Haroun quatrième long métrage du Tchadien Mahamat-Saleh Haroun, Un homme qui crie dissimule un univers tourmenté sous son apparente modestie. À travers le drame vécu par Adam qui se voit brutale- ment déclassé socialement, en plus d’être condamné à survivre dans un pays en proie à la guerre civile, il aborde l’absurdité de la condition humaine. Pressé de contribuer financièrement à l’effort de guerre, celui- ci, par esprit de vengeance suite à l’humi- liation que son fils vient involontairement de lui faire subir en accaparant son poste de maître-nageur dans un grand hôtel de n’Djamena, en arrive à commettre l’im- pensable : sacrifier ce fils en l’enrôlant de force dans l’armée. ne pourra-t-il jamais obtenir son pardon ? Reportée sur le plan politique – les dirigeants sacrifiant le peu- ple –, la portée métaphorique de ce drame intime, de cette histoire simple n’échappera

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.