Affordable Access

Publisher Website

Entrevue avec Jovette Marchessault

Authors
Journal
Voix et Images
0318-9201
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Volume
16
Issue
2
Identifiers
DOI: 10.7202/200895ar
Disciplines
  • Political Science

Abstract

Entrevue avec Jovette Marchessault Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Claudine Potvin Voix et Images, vol. 16, n° 2, (47) 1991, p. 218-229. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/200895ar DOI: 10.7202/200895ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 15 February 2014 02:08 « Entrevue avec Jovette Marchessault » Entrevue avec Jovette Marchessault par Claudine Potvin, Université de l'Alberta V. & I. — Jovette, que conservez-vous de l'enfance, des origines, et en quoi ces éléments vont-ils marquer votre écriture? J. Marchessault — Que ma faim de consolation était impossible à rassasier. Enfant, ma vie était menacée par plusieurs périls : d'un côté, les bouches broyeuses d'une société répressive qui haïssait les enfants et, de l'autre côté, la médiocrité. J'ai pris confiance en moi grâce surtout à ma mère et à ma grand-mère. C'est ma grand-mère qui m'a donné mes premiers livres «libres». J'entends par là les livres que la censure romaine n'appréciait guère. Quel privilège et quelle joie que de rencontrer dans son enfance les personnages de Dickens, de Jules Verne, de Kipling, de Fenimore Cooper, de Char- lotte Brontë et la petite chèvre de monsieur Séguin, et l'âne Cadichon de la comtesse de Ségur. C'est grâce à

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.