Affordable Access

Le développement : idéologies et pratiques : actes du séminaire interdisciplinaire de l'ORSTOM (1978-1981) : 1ère partie : évolution des discours sur le développement et les sociétés à développer

Authors
Publisher
ORSTOM
Publication Date
Keywords
  • Aide Au Developpement
  • Financement
  • Endettement
Disciplines
  • Economics

Abstract

Pratique et philosophies du financement des économies sous-développées par des sources extérieures 19 texte de JJ\ CHAUVEAU séance du 1 0 janvier 1 979 -3 - PRATIQUE ET «PHILOSOPHIES» DU FINANCEMENT DES ÉCONOMIES SOUS-DÉVELOPPÉES PAR DES SOURCES EXTÉRIEURES Il s'agit dans cette note de repérer les principaux éléments récents (jusqu'en 1979) d'évolution des flux éco¬ nomiques et financiers à destination des pays sous-dévelop¬ pés. Il s'agit conjointement d'examiner l'évolution de la "philosophie" de l'aide économique au développement, au regard des pratiques réelles. Le financement extérieur des économies sous-développées recouvre un ensemble apparemment hétérogène de "ressources": bilatérales ou multilatérales, publiques ou privées, libé¬ rales ou au coût du marché, opérations volontaristes de développement ou investissement directs de firmes transna¬ tionales, par exemple. Le financement extérieur global des pays sous-dévelop¬ pés (du moins classés tels par l'O.C.D.E.) a triplé de 1969 à 1977, où il représente 51,5 milliards de f>. Sur cette somme, 47 milliards proviennent des pays capitalistes les plus riches, groupés au sein du comité d'Aide au Développe¬ ment (OCDE) et 8,7 milliards transitent par le groupe de la Banque Mondiale (BIRD, IDA, SFI): 6,1 milliards de % seule¬ ment concernent l'agriculture; 13 % du total des ressources (mais 19 % de l'aide publique, où existe un élément "don") sont destinés à l'Afrique au Sud du Sahara. La composition de l'ensemble du financement a subi de fortes transformations dans les années 1970. On constate simultanément: une détérioration des con¬ ditions et du volume d'endettement; un déplacement accru des ressources de financement vers les pays sous-développés à revenu moyen, au détriment des pays à faible revenu; un désengagement financier des Etats des pays capitalistes les plus puissants au profit de leurs entreprises et, de plus en plus, de leurs banques. A titre d'illustration: les prêts internationaux représentent presque

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.