Affordable Access

Publisher Website

Études sur les fortifications de l'Inde III. La fortification hindoue dans le sud de l'Inde (VIe-XVIIIe siècles)

Authors
Journal
Bulletin de l Ecole française d Extrême-Orient
0336-1519
Publisher
PERSEE Program
Publication Date
Volume
88
Issue
1
Identifiers
DOI: 10.3406/befeo.2001.3510

Abstract

Jean Deloche Études sur les fortifications de l'Inde. III La fortification hindoue dans le Sud de l'Inde (VIe-XVIIIe siècle) Dans l'Inde du Sud, jusqu'à la fin du XIVe siècle, les enceintes des forteresses hindoues étaient faites de hauts et épais murs de terre, avec des parements de gros blocs de pierre posés à sec et sans mortier, flanquées, à intervalles réguliers, de tours quadrangulaires, munies de vastes portes à cours intérieures et entourées de fossés larges et profonds. Ce type de fortification (qui correspondait à des méthodes de guerre ignorant l'utilisation de la poudre à canon et des armes à feu) se retrouve partout dans cette zone, de Badami (VIe siècle) à Halebid (ХIIIe siècle) et à Warangal (XIIIe-XIVe siècle). Avec l'arrivée des Musulmans, apparut une nouvelle et puissante architecture militaire, surtout après l'introduction de l'artillerie de siège vers la fin du XVe siècle. Ainsi, dans la plupart des places fortes dispersées dans les sultanats du Dekkan, comme à Bijapur et à Bidar, furent bâtis des ouvrages de défense beaucoup plus efficaces que ceux de la période précédente, avec des tours circulaires ou demi-circulaires (qui diminuaient les défauts des vieilles constructions), des portes énormes défendues par des barbacanes, des fausses-braies et des murs extérieurs. Pourtant, on note avec étonnement que, dans beaucoup de lieux fortifiés du Sud, le modèle ancien a été conservé et n'a pas été modifié par les nouvelles techniques. Les ingénieurs militaires ont continué à suivre les vieilles traditions et à construire des courtines faites de sections rectilignes, formant des décrochements à angle droit, flanquées de tours carrées ou rectangulaires, non seulement dans la capitale de l'empire de Vijayanagara, à Penukonda et à Chandragiri, mais aussi dans les villes fortifiées de l'extrême pointe de la péninsule, comme à Tiruchchirappalli, Tanjavur ou Madurai, qui ont gardé, jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, les caractères les plus significatifs de l'ancien système de fortification hindoue.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.

Statistics

Seen <100 times
0 Comments

More articles like this

Études sur les fortifications de l'Inde III. La fo...

on Bulletin de l Ecole française... Jan 01, 2001

Études sur les fortifications de l'Inde IV. La for...

on Bulletin de l Ecole française... Jan 01, 2002

Études sur les fortifications de l'Inde IV. La for...

on Bulletin de l Ecole française... Jan 01, 2002

Étude sur les fortifications de l'Inde. I. Les for...

on Bulletin de l Ecole française... Jan 01, 1992
More articles like this..