Affordable Access

Pourquoi est-il urgent de vous abonner à biblio.fr? (si toutefois ce n'est pas déjà fait)

Authors

Abstract

Pourquoi est-il urgent de vous abonner à biblio-fr ? (si toutefois ce n'est pas déjà fait) par Alain Caraco* Depuis 1993, la liste de diffusion biblio-fr regroupe bibliothécaires et documentalistes francophones. Elle a été créée à l'initiative de Michel Melot, alors pré- sident du Conseil supérieur des bibliothèques et d'Hervé Le Crosnier, maître de conférences à l'université de Caen et ancien conservateur de bibliothèque. La messagerie électronique était à l'époque bien répandue chez les chercheurs, mais peu chez les biblio- thécaires. Point de rencontre entre ces deux mondes, les * Directeur de la Bibliothèque départementale de la Savoie [email protected] bibliothécaires de quelques grands établissements et uni- versités commençaient à entrevoir ses fabuleuses possi- bilités. Pour les autres, il n'y avait guère d'intérêt à avoir une adresse électronique, puisqu'on n'y recevrait jamais de message. Et comme on n'avait pas de messagerie, on n'envoyait pas de message non plus. Ce qui n'incitait pas les autres à s'y mettre, puisqu'ils ne recevraient jamais rien... Quant à ceux qui étaient équipés, il relevaient rare- ment leur boîte, puisqu'en général, il n'y avait rien dedans. On aurait pu attendre longtemps comme cela. C'est alors qu'une idée de génie germa : biblio-fr. Tous ceux qui le souhaitaient pouvaient envoyer leurs messages à tous : leurs questions, leurs réponses, leurs trouvailles, leurs indignations, leurs espoirs. Afin d'évi- ter les messages erronés et les attaques personnelles, biblio-fr est une liste modérée. Cela signifie que les mes- sages sont lus par le modérateur, Hervé Le Crosnier, avant d'être diffusés à tous. Son travail consiste beaucoup plus à filtrer les messages envoyés à la liste par erreur qu'à exercer un réelle censure. Se sachant observés, les membres de biblio-fr savent quelles limites ne pas fran- chir. Une trentaine d'inconscients se lancèrent dans l'aventure. Quand je les ai rejoints, en juin 1997, nous étions 1 200. Le 31 décembre 1998, en milieu

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.