Affordable Access

Etude rétrospective de l impact de la dénutrition sur la prise en charge des cancers bronchiques non à petites cellules de stade IV

Authors
  • VANDENHOVE, Laurent
  • CORTOT, Alexis
Publication Date
Jan 01, 2014
Source
OpenGrey Repository
Keywords
Language
French
License
Unknown

Abstract

Contexte : La fréquence et la mortalité élevées font du cancer pulmonaire un enjeu de santé publique. Son diagnostic est tardif (20% des patients au stade II et 40 à 55% au stade IV). La dénutrition y est d autant plus fréquente que le stade est évolué. Paradoxalement, il existe peu de données concernant l impact de la dénutrition sur la prise en charge des cancers bronchiques. Méthode : Il s agit d une étude rétrospective monocentrique réalisée dans le service de Pneumologie et Oncologie Thoracique du CHRU de Lille. Les patients atteints de cancers bronchiques non à petites cellules de stade IV et suivis dans ce service entre le 1er Janvier 2011 et le 31 Décembre 2012 ont été inclus. L objectif principal était l étude de l impact de la dénutrition sur la prise en charge des cancers bronchiques en évaluant la survie globale, la survie sans progression, la survenue de toxicités à 3 cures et à 6 mois de traitement. Résultats : Cette étude a permis d inclure 132 patients divisés en 2 groupes : ceux ayant une perte de poids inférieure à 5% du poids habituel (n= 48, 36%) et ceux dont la perte de poids est supérieure ou égale à 5% (n= 84, 64%). Les hommes représentaient 79% de la population non dénutrie et 81% de la population dénutrie. Le Performance Status (PS) était plus souvent altéré dans la population dénutrie (37% de patients PS 3 ou 4) par rapport à la population non dénutrie (17% de patients PS 3 ou 4). La variation de poids dans le groupe de patients dénutris était en moyenne de -11,95% +/- 5.98. La survie globale et la survie sans progression étaient significativement meilleures pour les patients non dénutris que pour les patients dénutris (médianes de survie globale 8 vs. 5 mois, p = 0,003 ; survie sans progression 4 vs. 3, p = 0,003). En analyse bi-variée, il existait une tendance en faveur d une hémato-toxicité (grade >= 3) à 6 mois de traitement plus fréquente chez les patients dénutris (45% contre 54,8%, p=0,0567). En revanche, il n existait pas de différence significative entre la survenue de toxicités cliniques et biologiques à 3 cures et à 6 mois de traitement. Conclusion : La dénutrition des patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules métastatiques est fréquente et associée à un moindre bénéfice de la chimiothérapie et à un pronostic péjoratif. / LILLE2-BU Santé-Recherche (593502101) / Sudoc / Sudoc / France / FR

Report this publication

Statistics

Seen <100 times