Affordable Access

Etude phytochimique et emplois de plantes veinotoniques

Authors
  • Cadet, Elodie
Publication Date
Jan 01, 2017
Source
HAL-UPMC
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Certaines parties de plantes (rhizome, graine etc.) et substances naturelles ont depuis longtemps été citées pour leurs qualités au niveau nutritif ainsi que pour leurs mérites curatifs. Lorsque nous nous penchons sur l’histoire, nous nous apercevons que le savoir-faire de se soigner par les plantes remonte à des milliers d’années. A cette époque, elle est d’ailleurs la seule source de remèdes luttant contre de fréquentes affections. A la fin du 19éme siècle c’est la chimie et les composés de synthèse qui se développent, l’emploi en médecine de la phytothérapie jugée « aléatoire » est mis de côté. Aujourd’hui, et grâce aux nombreuses avancées sur la reconnaissance des substances actives, ainsi que l’exploration des propriétés pharmacologiques, l’utilisation de la phytothérapie est reconnue comme réel médicament. La sélection des drogues est la base de la puissance de la phytothérapie, la qualité des substances actives, la partie de plante employée, la culture, le moment de récolte, l’absence de pesticides etc. sont des éléments importants pour une utilisation en toute innocuité. Les champs d’utilisation sont multiples, ils vont de la prise en charge ds douleurs rhumatismales en passant par les troubles de la mémoire ainsi que les problèmes de circulation sanguine. Les veinotoniques occupent une place importante dans le marché pharmaceutique. Ce syndrome très répandu est complexe, malheureusement à ce jour les mécanismes d’apparition et d’évolution ne sont pas tous connus de manière exacte. Pour combattre ce trouble deux axes sont exploités, le premier est la composante agissant sur le renforcement du tonus veineux et le second est orienté vers l’activité anti-inflammatoire.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times