Affordable Access

Epidemiologie et facteurs pronostiques des pneumopathies bactériémiques à streptococcus pneumoniae sur le Centre hospitalo-universitaire d'Amiens entre 2005 et 2012

Authors
  • LE MEUNIER, Florence
  • ANDREJAK, Claire
Publication Date
Jan 01, 2013
Source
OpenGrey Repository
Keywords
Language
French
License
Unknown

Abstract

Contexte : Les infections à pneumocoque représentent aujourd hui un problème de santé publique. Le pneumocoque est une cause majeure d infections communautaires invasives (IIP) et non invasives de l enfant et de l adulte. Les bactériémies à pneumocoque restent graves avec un taux de mortalité important, plus marqué chez le sujet âgé et ce malgré, l amélioration des techniques diagnostiques et une antibiothérapie initiale adaptée. L augmentation de la fréquence des souches de pneumocoque de sensibilité diminuée à la pénicilline (PSDP) impose d adapter la thérapeutique. La fréquence, la gravité et la résistance de ces infections justifient la vaccination anti pneumococcique. Objectif : Etudier l évolution de la résistance des pneumocoques à la pénicilline dans les pneumopathies bactériémiques à pneumocoque, leur retentissement en termes de sévérité et de décès ainsi que les facteurs pronostiques des IIP. Matériels et méthodes : Nous avons mené une étude rétrospective se déroulant de janvier 2005 à décembre 2012 sur le Centre Hospitalo Universitaire d Amiens parmi les patients hospitalisés pour une pneumopathie aiguë communautaire avec mise en évidence d un pneumocoque dans les hémocultures. Résultats : 135 patients ont été inclus, 78 hommes et 57 femmes avec une moyenne d âge de 67 ans. Parmi eux, 47 souches de PSDP, soit 35%, ont pu être retrouvées. L incidence de ces souches a légèrement diminué de 42% en 2005 à 36% en 2012 avec une stabilité depuis 2008. La résistance à la pénicilline était associée à une résistance avec d autres antibiotiques tels que les macrolides et les lincosamides et à une augmentation significative des CMI pour l amoxicilline et les C3G. L âge > 65 ans était apparu comme un facteur de risque majeur de survenue de PSDP. Les scores de gravité de Fine et de Charlson étaient significativement plus élevés parmi les souches de PSDP. Cependant, il n y a pas eu de différence entre la mortalité et l existence de PSDP. En revanche, l antécédent d hospitalisation dans les trois mois, l hémodynamique instable, l acidose à la gazométrie, l hypoxémie, l atteinte multi lobaire et les scores de gravité clinique de Fine et de Charlson ont été identifiés comme facteur prédictif de mortalité. Conclusion : Il semblerait donc que les pneumopathies bactériémiques dues à des souches de PSDP (souches non résistantes à la pénicilline) ne seraient pas en soi un facteur de mortalité mais que leurs présences seraient associées à des signes cliniques de gravité. / AMIENS-BU Santé (800212102) / Sudoc / Sudoc / France / FR

Report this publication

Statistics

Seen <100 times