Affordable Access

Enrichissement d’huiles alimentaires riches en acides gras polyinsaturés, par des composés phénoliques d’origine naturelle, afin de les protéger de la peroxydation lipidique, en vue d’une encapsulation pour augmenter la durée de conservation de ces huiles

Authors
  • Dagmey, Aurélien
Publication Date
Jul 10, 2020
Source
HAL-INRIA
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Les acides linoléique (LA) et α-linolénique (ALA) sont deux acides gras polyinsaturés. Ils sont indispensables à l’Homme car nous sommes incapables de les synthétiser in situ. Ces deux acides gras sont les représentants des oméga-6 (LA) et oméga-3 (ALA). Bien qu’ils soient indispensables et donc nécessaires, l’enjeu du ratio oméga-6/oméga-3 entre ces deux familles est également important à prendre en compte dans l’alimentation. Les habitudes de consommation des Français, ces trente dernières années, ont fait évoluer la balance en défaveur des oméga-3 par rapport aux oméga-6. Or un rééquilibre de la balance oméga-6/oméga-3 tend à diminuer les risques cardiovasculaires. Les huiles de lin et de cameline sont des cultures endémiques en France extrêmement riches en ALA. Elles sont les plus adaptées à une complémentation en oméga-3 d’origine végétale. Cependant, les hautes teneurs en acides gras polyinsaturés de ces huiles sont responsables de leurs faibles stabilités oxydatives. La consommation d’huiles ou de graisses oxydées n’est pas recommandée car elle peut apporter des molécules toxiques. Ainsi l’enjeu de ce projet était d’améliorer la durée de conservation d’huiles riches en acides gras polyinsaturés en valorisant les antioxydants extraits des tourteaux obtenus après trituration des graines. Parmi les molécules étudiées, l’acide gallique, l’acide caféique, le gallate de propyle ainsi que les pinorésinol et laricirésinol purifiées du lin ont montré un réel intérêt pour ralentir l’oxydation, tandis que le sécoisolaricirésinol s’est montré inefficace.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times