Affordable Access

Publisher Website

The effects of ursodeoxycholic acid treatment for intrahepatic cholestasis of pregnancy on maternal and fetal outcomes: a meta-analysis including non-randomized studies.

Authors
  • 1
  • 2
  • 3
Type
Published Article
Journal
Journal of obstetrics and gynaecology Canada : JOGC = Journal d'obstetrique et gynecologie du Canada : JOGC
Publication Date
Volume
36
Issue
7
Pages
632–641
Identifiers
DOI: 10.1016/S1701-2163(15)30544-2
PMID: 25184983
Source
Medline
Keywords
  • Intrahepatic Cholestasis Of Pregnancy
  • Maternal
  • Prematurity
  • Treatment
  • Ursodeoxycholic Acid

Abstract

Objectif : Les avantages de l’utilisation d’acide ursodésoxycholique (AUDC) pour la prise en charge de la cholestase intrahépatique de la grossesse (CIG) demeurent incertains. Une analyse Cochrane de 2010 ayant porté sur des essais comparatifs randomisés n’a pas été en mesure de se prononcer pour ou contre l’utilisation d’AUDC pour la prise en charge de la CIG. Nous avons mené une méta-analyse de la littérature, en englobant tant les études non randomisées (ENR) que les ECR. Nous avions pour objectif de déterminer si les patientes ayant participé aux ENR étaient comparables à celles qui avaient participé aux ECR; nous avions également pour objectif de déterminer si l’inclusion des ENR pouvait renforcer les données probantes disponibles et orienter la pratique clinique quant à l’utilisation d’AUDC chez les femmes qui présentent une CIG. Sources de données : Nous avons mené des recherches dans Medline (Ovid), Embase (Ovid), EMB Reviews, Cinahl (Ebsco) et Web of Knowledge (Thomson Reuters) en vue d’en tirer les articles publiés entre 1966 et juin 2012. Sélection des études : Nous avons inclus tous les ECR admissibles ayant comparé l’AUDC à un placebo ou à d’autres traitements et toutes les ENR ayant comparé l’AUDC à tout autre traitement chez des femmes présentant une CIG. Synthèse des données : Nous avons inclus 11 ECR (n = 625 grossesses) et six ENR (n = 211 grossesses). Bien que les femmes ayant participé aux ECR et aux ENR aient été comparables, la qualité des études était plus faible dans le cas des ENR. De façon générale, les femmes traitées à l’AUDC ont connu une atténuation du prurit dans 73 % des ECR et dans 100 % des ENR disposant de données disponibles. Les épreuves de fonction hépatique ont présenté une amélioration dans 82 % des ECR et dans 100 % des ENR disposant de données disponibles. Bien que l’utilisation d’AUDC n’ait pas affecté le taux de césarienne, elle a été associée à une prématurité moindre, à une utilisation moindre des unités néonatales de soins intensifs (données disponibles pour seulement trois des 17 études) et à des tendances à l’augmentation du poids de naissance et à l’atténuation de la teinte méconiale du liquide amniotique. Aucune mortinaissance n’a été constatée dans le cadre de 356 grossesses ayant fait l’objet d’un traitement à l’AUDC et trois mortinaissances ont été constatées dans le cadre de 399 grossesses ayant fait l’objet d’un traitement au moyen d’un agent de comparaison. Conclusion : Le traitement à l’AUDC devrait être recommandé aux femmes qui présentent une CIG en vue d’atténuer les issues indésirables maternelles et fœtales.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.

Statistics

Seen <100 times
0 Comments
F