Affordable Access

Formation des fortes crues dans les bassins versants expérimentaux de Draix : la crue exceptionnelle du 8 septembre 1994

Authors
Publisher
Cemagref Editions
Publication Date
Keywords
  • Bassin Versant Experimental
  • Hydrologie
  • Crue
  • Couvert Vegetal
  • Debit De Crue
  • Ecoulement Souterrain
  • Ruissellement
  • Erosion
  • Pluie
  • 1983
  • 1994

Abstract

Experimental catchments of Draix are monitored since 1983 in order to improve the knowledge of hydrology and erosion processes in mountain catchments. The observation of flood events was one of the most important aims of this field laboratory. In September 1994, an extreme flood was observed. On two basins, nearly 1 km2 of surface area, the peak discharge reached 2O m3/s.km2 on the denudated one and 2 m3/s.km2 on the forested one. Therefore, the rainfall depth and rainfall intensity were high but not exceptional. The effect of the previous storm occurring a few hours before, the distribution of the storm in time and space were determining. The aggravating effect of hail was observed during this storm event as in the other highest floods of the series. Further analysis on subsurface runoff, separation of hydrograph components and contribution of pre-event water should be carried out. / Les bassins versants expérimentaux de Draix, situés sur les marnes noires très érodibles des Alpes du sud ont fait l'objet d'investigations à partir de 1983, afin d'affiner les connaissances sur le fonctionnement hydrologique et érosif des petits bassins versants de montagne. L'observation des crues, de leur formation, en présence ou non de couvert végétal est l'un des principaux objectifs de ce site. Après une dizaine d'années d'observation, une crue exceptionnelle a été enregistrée en septembre 1994, au cours de laquelle des débits de plus de 20 m3/s.km2 ont été observés sur un bassin dégradé de moins d'un km2. Au cours du même épisode, un bassin d'un km2, reboisé au siècle dernier et couvert à plus de 80 % de forêt, a vu se produire une crue de plus de 2 m3/s. Or l'épisode pluvieux générant la crue, certes intense, n'était pas exceptionnel. L'effet de préparation des sols par un orage quelques heures auparavant a pu être mis en évidence. L'extension de l'orage, concernant tout le site en même temps, son déroulement et la présence de grêle ont également été déterminants. Ces observations conduisent à entreprendre une analyse plus fine des écoulements souterrains et retardés, même sur un bassin à ruissellement rapide.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.