Affordable Access

Publisher Website

Byron, Hobhouse, Thorvaldsen and the Sculptural Sublime

Authors
Journal
Revue de l’Université de Moncton
0316-6368
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Identifiers
DOI: 10.7202/014350ar
Disciplines
  • Design
  • Political Science

Abstract

Cet article, accompagné d’illustrations, aborde l’approche de Byron à la sculpture. Malgré ce qu’il pouvait penser de son aptitude en arts visuels, je montrerai que Byron avait un engagement très informé à l’endroit de l’esthétique qui régissait la sculpture à son époque, surtout en ce qui a trait au débat entre le naturalisme et l’idéalisation. Ce débat est passé au premier plan en Angleterre à partir de 1807 surtout, lorsque le Lord Elgin amenait en Angleterre les marbres du Parthenon dans l’espoir de les vendre au gouvernement britannique. Au début de 1816, un rapport parlementaire sur l’achat éventuel des marbres fait une distinction entre le naturalisme des figures de la collection d’Elgin et l’Apollon du Belvédère, « la représentation la plus élevée et la plus sublime de la forme idéale et de la beauté que n’a jamais concrétisé la Sculpture1 ».Le buste de Bertel Thorvaldsen et la statue commémorative de Byron sont les oeuvres d’art les plus distinguées qui soient associées au portrait du poète, et ont été créées par un artiste bien en vue du milieu artistique en Europe. Cet article place la commande du buste par Hobhouse et l’engagement de Byron au processus dans le contexte du débat entre la forme naturaliste et sublime, débat dans lequel s’entremêlaient les préoccupations esthétiques des disciples du néoclassicisme, de Burke et du romantisme à l’égard du napoléonisme et des politiques de l’ère post-révolutionnaire. La discussion portera également sur les lettres écrites par Hobhouse à Thorvaldsen en 1829 (en français), jamais publiée dans aucune autre étude sur Byron, dans lesquelles on peut lire une description physique de Byron par Hobhouse.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.

Statistics

Seen <100 times
0 Comments

More articles like this

Byron and the Greek Sublime

on Revue de l’Université de Monct... Jan 01, 2005

Byron in 1816 and the Intertextual Sublime

on Revue de l’Université de Monct... Jan 01, 2005

How Sublime (and Prolific) was Byron? What the Rev...

on Revue de l’Université de Monct... Jan 01, 2005

‘Congenial with the Night’: The Sublime and Byron’...

on Revue de l’Université de Monct... Jan 01, 2005
More articles like this..