Affordable Access

Publisher Website

Côté, S., Klein, J.-L., Proulx, M.-U., éds (1997) Action collective et décentralisation. Rimouski, GRIDEQ et GRIR (Coll. « Tendances et débats en développement régional », no 3), 258 p. (ISBN 2-9200270-61-3)

Authors
Journal
Cahiers de géographie du Québec
0007-9766
Publisher
Consortium Erudit
Publication Date
Volume
42
Issue
115
Identifiers
DOI: 10.7202/022719ar
Disciplines
  • Geography
  • Political Science

Abstract

Côté, S., Klein, J.-L., Proulx, M.-U., éds (1997) Action collective et décentralisation. Rimouski, GRIDEQ et GRIR (Coll. « Tendances et débats en développement régional », no 3), 258 p. (ISBN 2-9200270-61-3) Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Compte rendu par Serge Belley Cahiers de géographie du Québec, vol. 42, n° 115, 1998, p. 128-129. Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/022719ar DOI: 10.7202/022719ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 14 February 2014 06:22 Ouvrage recensé : Côté, S., Klein, J.-L., Proulx, M.-U., éds (1997) Action collective et décentralisation. Rimouski, GRIDEQ et GRIR (Coll. « Tendances et débats en développement régional », no 3), 258 p. (ISBN 2-9200270-61-3) C'est précisément ici que cette sympathie pour les Inuits comme réalité globale (tel que le laisse entendre le titre) et comme réalité extérieure et étrangère (tel que le rappelle ici et là les accents de récit d'aventure) devient le trait distinctif de l'ouvrage. B. Collignon fait de la science qui est autre chose que la répétition des savoirs traditionnels; tout se passe pourtant comme si elle avait succombé à ses bonnes intentions ou — ce qui revient au même — à l'ambiance normative du courant d'étude sur les savoirs tr

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.