Affordable Access

J. Maritain i E. Gilson, mislioci »kršćanske filozofije« (Odnos filozofije i vjere, II. dio)

Authors
Publisher
Institute of Philosophy and Theology of Society of Jesus
Publication Date
Disciplines
  • Religious Science

Abstract

Apres avoir traitée la question du rapport entre la philosophie et la foi chez M. Blondel dans un article précédent, l'auteur poursuivit ses recherches sur le même problème dans les ouvrages de J. Maritain et E. Gilson. Il a fait des efforts à montrer clairement qu'il n'y a pas d'opposition entre J. Maritain et E. Gilson par rapport à la compréhension de la philosophie chrétienne. Chacun d'eux voit à sa manière propre la possibilité d'exister une «philosophie chrétienne«. Gilson considère la philosophie chrétienne sous l'aspect historique du christianisme. Selon lui c'est seulement à travers l'histoire qu'il est possible de dire quelque chose de la foi. Grâce à l'histoire il est possible de donner un sens au terme «philosophie chrétienne«. Maritain, en partagent tout à fait l'opinion de Gilson, envisage le rapport entre la philosophie et la religion surtout sous l'aspect philosophique. La question d'une possibilité d'existence de la philosophie chrétienne, il essaie résoudre par la distinction classique entre la nature et l'état de la philosophie. Il souligne d'abord qu' il faut distinguer la nature de la philosophie, ou ce qu'elle est en ellemême, et l'état où elle se trouve de fait, historiquement, dans le sujet humain, et qui se rapporte à ses conditions d'existence et d'exercice dans le concret. Il est d'opinion que la notion de la philosophie chrétienne a de sens, et qu'il est possible parler d'elle en tant que rationnelle. Selon lui l'expression «philosophie chrétiehne« ne désigne pas simplement une essence, mains un complex: une essence prise sous un certain état. C'est pourquoi Maritain maintienait important à soulinger que la philosophie chrétienne est une philosophie en tant que rationnelle, mais il ne faut pas oublier qu'elle ne doit pas tout à la raison, mais aussi aux confortations descendues de ce qui, étant le principe de la raison, est meilleur que la raison.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.