Affordable Access

La déportation du littéraire

Authors
Publisher
Les Publications Québec français
Publication Date
Disciplines
  • Education
  • Literature
  • Political Science

Abstract

La déportation du littéraire Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : [email protected] Article Ghislain Bourque Québec français, n° 74, 1989, p. 66-68. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/45404ac Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html Document téléchargé le 16 February 2014 12:45 « La déportation du littéraire » La déportation du littéraire Des notes de service itôt acceptée l'idée que la littérature puisse accéder à l'enseignement, le maître — et non moins l'élève — doit s'accorder de l'une ou l'autre des trois moda- lités suivantes : — l'encyclopédisme — le personnalisme — le fonctionnalisme. Soit trois modalités qui, selon diverses circonstances, qu'elles soient culturelles, so- ciales ou même morales, orientent au plus près l'enseignement. C'est là une situation qu'il faut clarifier. 1. L'encyclopédisme : On ne surprendra personne en avançant que l'« encyclopé- disme » se résume à une disposition pédago- gique visant une reconnaissance culturelle qui se consume dans le plaisir de citer ou de paraphraser. Alimenté par une sorte d'excitation référentielle (ou mémorielle), il conduit tout droit au fétichisme d'œuvre ou d'auteur. C'est à ce titre d'ailleurs qu'on peut le rattacher à une forme de « protectionnisme litté- raire » proche

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.