Affordable Access

Évaluation de la pratique chirurgicale dans le traitement du cancer bronchique en France à partir de la base nationale du PMSI

Authors
  • Bernard, A.
  • Pagès, P.-B.
  • Mariet, A.-S.
  • Pforr, A.
  • Cottenet, J.
  • Quantin, C.
Publication Date
Jan 01, 2019
Source
HAL-UPMC
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Position du problèmeEn France depuis plusieurs années, la qualité des soins est une préoccupation des professionnels de santé par l’intermédiaire de la certification des établissements, l’accréditation et le développement professionnel continu. Rarement une évaluation de ces différentes mesures a été réalisée. L’objectif de l’étude est d’évaluer à partir de la base de données nationale du PMSI, la qualité de la prise en charge chirurgicale du cancer du poumon dans les différentes régions en utilisant comme indicateur la mortalité hospitalière.MéthodeDe la base nationale du Programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) ont été extraits tous les patients opérés d’un cancer du poumon ainsi que les caractéristiques des centres. Le critère de jugement était la mortalité hospitalière. Les modèles logistiques ont permis d’estimer pour chaque établissement le taux standardisé de mortalité.RésultatsDu 1er janvier 2015 au 31 décembre 2015, 10 675 patients ont été opérés d’un cancer bronchique dans 158 centres français. Le taux de mortalité hospitalière est de 3,43 % (n = 366). Trente-neuf établissements (25 %) ont pratiqué moins de 15 résections pulmonaires. Le volume d’activité minimum est d’une résection pulmonaire en 2015 et le maximum de 300 interventions avec un coefficient de variation estimé à 147 %. La mortalité hospitalière varie de 0 % à 50 % selon les centres avec un coefficient de variation de 112 %. Pour certaines régions, on peut comptabiliser jusqu’à 5 centres par million d’habitants (Languedoc-Roussillon) ou 4 centres par million d’habitants (Limousin, Pays-de-Loire). La majorité des régions comptabilisent 3 centres par million d’habitants. Onze régions n’ont aucun centre avec un taux standardisé de mortalité inférieur à 3 %. Cinq régions (Languedoc-Roussillon, Pays-de-Loire, Aquitaine, Bretagne et Provence Alpes Côte d'Azur) ont au moins deux centres avec taux standardisé de mortalité supérieur à 4 %. Parmi les établissements universitaires, 20 % ont un taux standardisé de mortalité < 3 %. Parmi les centres avec un taux standardisé de mortalité < 3 %, 20 % pratiquaient plus 39 résections pulmonaires, 7 % entre 39 et 15 procédures et 0 % pour les centres avec < 15 interventions.ConclusionCe travail confirme que le volume d’activité est une des composantes de la qualité des soins. Le nombre de centres devrait être adapté aux besoins réels de la population afin de permettre aux patients d’accéder à des plateaux techniques performants.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times