Affordable Access

Étude de l’effet de l’uranium sur la multipotentialité des cellules souches neurales : modèle in vitro de culture de neurosphères

Authors
  • Becquet, Antoine
Publication Date
Nov 23, 2017
Source
Kaleidoscope Open Archive
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

L’uranium (U) est un métal lourd naturellement présent dans la croûte terrestre. Les activités humaines (extraction, cycle du combustible) peuvent en accentuer la présence dans l’environnement, l’alimentation et l’eau de boisson soulevant des inquiétudes pour la santé de l’Homme. Des études expérimentales rapportent des perturbations cognitives suite à une exposition à l’U par ingestion. Des perturbations de la neurogenèse, notamment sur la prolifération et la différenciation des cellules souches neurales (CSN). Un modèle de culture primaire de neurosphères issues de télencéphales d’embryon de rat à E13 est utilisé pour étudier les effets de l’U sur la multipotentialité des CSN exposées à différentes concentrations d’U (10, 50 et 100 µM) pendant 7 jours comparée à un témoin. Nos résultats montrent un effet sur la survie cellulaire révélé par une diminution significative du nombre absolu de neurones, astrocytes et oligodendrocytes matures à partir de 50 µM d’U. Parmi les cellules survivantes après 7 jours, l’analyse de l’expression des gènes apoptotiques suggère la mise en place d’une réponse adaptative avec une balance Bax/Bcl2 favorable à la survie cellulaire à 100 µM qui reste à confirmer. La morphologie des neurones montrant des ramifications et des prolongements avortés après 7 jours de contamination à 100 µM est en lien direct avec une diminution statistiquement significative du messager de GAP43 impliqué dans le développement de l’arbre dendritique. Concernant la gliogénèse, l’action de l’U s’exerce sur le maintien d’une population de progéniteurs gliaux olig2+ en lien avec une augmentation du messager de NeuroG3 à 100 µM. Ces résultats suggèrent que l’U semble épargner les stades de détermination cellulaire, exprimant un mécanisme d’action qui lui est spécifique et dirigé sur les phases plus tardives de maturation cellulaire.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times