Affordable Access

deepdyve-link
Publisher Website

Écrire sans les fées : naturalisme et merveilleux

Authors
  • Pierre, Chantal
Publication Date
Jan 01, 2015
Identifiers
DOI: 10.4000/feeries.968
OAI: oai:HAL:hal-03250019v1
Source
HAL
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Cet article aborde les rapports du naturalisme et du merveilleux, et montre que l’on peut dépasser le clivage définitif qui a priori isole, d’une part, un courant littéraire fondé sur le scientisme et, d’autre part, un genre, le conte de fées, auquel le second xixe siècle ne semble plus croire. Le naturalisme n’est pas tant le lieu d’une liquidation du féerique — qui parachèverait celle du romantisme — que d’une relation refondée par la naïveté (Zola) et/ou la mélancolie (Goncourt). L’auteur des Rougon-Macquart réenchante à coups de métaphores féeriques la modernité ; Jules et Edmond de Goncourt cherchent et trouvent aux sources du récit populaire et du récit d’enfance des fragments de poésie aussi salutaires que fragiles. Il en va de la survie de la littérature.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times