Affordable Access

Dyspnée aiguë aux urgences : l'hyponatrémie, l'hyperglycémie et l'insuffisance rénale à l'admission sont-ils des facteurs prédictifs de mortalité intra-hospitalière ? : à propos d’une analyse de la cohorte PARADISE

Authors
  • Giacomin, Gaëtan
Publication Date
Jan 01, 2017
Source
HAL-UPMC
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Introduction : La dyspnée aiguë est un symptôme couramment observé dans les services d'urgences. Son intensité et son pronostic demeurent très variables en fonction du mécanisme responsable et du terrain sous-jacent. Parce que l'évaluation des patients dyspnéiques est difficile et qu'un diagnostic étiologique précis ne peut pas toujours être posé rapidement, une stratification du risque non spécifique au diagnostic peut être utile en pratique courante afin d'optimiser le parcours de soins de ces malades. Plusieurs biomarqueurs ont été évalués comme facteurs prédictifs de mortalité dans la dyspnée aiguë mais aucune étude ne s'est intéressée à l'apport pronostique des paramètres biologiques utilisés en pratique courante aux urgences. Objectif : L'objectif principal de l'étude était d'évaluer la valeur pronostique de l'hyponatrémie, de l'hyperglycémie et de l'altération de la fonction rénale sur le risque de mortalité intra-hospitalière des patients consultant aux urgences pour dyspnée aiguë toutes causes confondues. Matériels et Méthodes : Il s'agissait d'une étude observationnelle rétrospective mono-centrique menée au sein du service d'accueil des urgences du CHU de Nancy sur l'année 2015. L'intégralité des patients ont bénéficié d'un dosage de natrémie, de glycémie et d'une estimation du débit de filtration glomérulaire (eGFR). Les associations entre les trois variables biologiques d’intérêts et la mortalité intra-hospitalière ont été évaluées par régression logistique univariée et multivariée. Les variables d’ajustement ont été déterminées selon leur pertinence clinique. Résultats : Au total, 1328 patients ont été inclus dans l'analyse statistique. La moyenne d'âge était de 72.3 ans avec 51.1% d'hommes. La mortalité intra-hospitalière était de 11.5%, les causes de décès étant dominées par la pneumopathie aiguë communautaire (48.3%), le syndrome d'insuffisance cardiaque aiguë (30.9%) et l'exacerbation aiguë de BPCO (11.4%). En analyse univariée, l'hyperglycémie (OR=2.27; [1.61-3.20], p<0.01) et un eGFR < 50 ml/min/1.73m² (OR=2.89; [2.02- 4.14], p<0.01) ont été significativement identifiés comme marqueurs pronostiques de mortalité intrahospitalière. Leur caractère indépendant a aussi été confirmé après analyse multivariée et ajustement sur des facteurs possiblement confondants. A l'inverse, l'hyponatrémie n'apparait pas comme un marqueur pronostique de mortalité (OR=1.09; [0.76-1.57], p=0.64). Conclusion : La glycémie et la fonction rénale, dosages de routine en médecine d'urgence, sont associés de manière indépendante à la mortalité intra-hospitalière des patients consultant pour dyspnée aiguë toutes causes confondues. La disponibilité rapide et le faible coût de ces examens permettent d'identifier rapidement les malades potentiellement graves et par conséquent, d'optimiser leur prise en charge et leur parcours de soins.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times