Affordable Access

Dynamiques du peuplement dans la Limagne des Buttes (Puy-de-Dôme). Rapport de prospection systématique (2022) / Dynamiques du peuplement dans la Limagne des Buttes (Puy-de-Dôme). Rapport de prospection systématique (2022): Opérations archéologiques n°03-9132. Communes de Billom, Bouzel, Chas, Chauriat, Égliseneuve-près-Billom, Espirat, Glaine-Montaigut, Moissat, Montmorin, Pérignat-sur-Allier, Reignat, Saint-Bonnet-lès-Allier, Saint-Georges-sur-Allier, Saint-Julien-de-Coppel, Vassel, Vertaizon

Authors
  • Trément, Frédéric
Publication Date
Jan 01, 2022
Source
Hal-Diderot
Keywords
Language
French
License
Unknown
External links

Abstract

Depuis 2005, un vaste programme de prospections pédestres et aériennes systématiques a été lancé dans le cadre des stages du parcours « archéologie » de licence (3e année) des départements d’histoire et d’histoire de l’art et archéologie de l’Université Clermont Auvergne. La zone d’étude s’étend sur tout ou partie de 16 communes situées à l’est du cours de l’Allier, soit environ 72 km2. Nommée par commodité « secteur de Billom », elle correspond à la plus grande partie de la Limagne des Buttes. Tournée vers la plaine de la Limagne et proche de Lezoux, elle est traversée d’est en ouest par la voie dite « d’Agrippa » reliant Lyon et Saintes par Clermont. Les prospections sont conduites dans le cadre de Prospections-Inventaires annuelles, avec, à terme, l’objectif d’élaborer une synthèse diachronique sur les dynamiques de l’occupation du sol et les formes de l’habitat, s’appuyant sur un outil de gestion couplant base de données et SIG. Depuis 2019, les prospections pédestres sont doublées par des prospections aériennes, des prospections géophysiques, un travail de carto/photo-interprétation et de redressement orthophotoplanimétrique des clichés verticaux, des études systématiques de mobilier (notamment le mobilier protohistorique et médiéval). En 2021, un travail de dépouillement documentaire exhaustif a été initié à l’échelle de la zone d’étude. Au cours de l’année 2022, le programme de recherche s’est articulé autour de quatre opérations principales : Prospections systématiques La campagne de prospections systématiques a mobilisé 33 étudiants du 5 mars au 10 avril 2022. Elle a porté sur huit communes (Billom, Chauriat, Mezel, Moissat, Pérignat-sur-Allier, Saint-Bonnet-sur-Allier, Saint-Georges-sur-Allier et Vertaizon), soit une superficie effectivement couverte de 70,24 hectares. Malgré des conditions météorologiques très défavorables lors du troisième stage (2-10 avril 2021), le bilan est extrêmement positif, avec la mise en évidence de 24 sites, 7 indices de sites, 2 découvertes isolées, 1 structure et 22 bruits de fond. Sur les 24 sites, 12 datent de la Protohistoire (principalement du premier âge du Fer et de La Tène), et 12 de l’époque romaine (dont une villa inédite et une nécropole à incinération). Au total, 57 UP ont été enregistrées. Les sites protohistoriques ont fait l’objet d’un ramassage par nuage de points, permettant une cartographie fine par phases d’occupation. À cheval sur les communes de Chauriat et Vertaizon, un petit établissement protohistorique daté du Bronze final/premier âge du Fer a été reconnu sur un replat formé par le versant au pied du puy de Mur, au lieu-dit Goursat (UP 2146). L’emplacement est également occupé par un petit établissement à l’époque romaine. En contrebas, sur le versant qui domine le village de Chauriat à l’ouest, un établissement protohistorique présentant la même chronologie que le précédent a été identifié au lieu-dit Bornat (UP 2149/2150). Non loin de là, on signalera la découverte d’un important établissement d’époque romaine (UP 2159), immédiatement à la suite de sa destruction par les travaux de construction du lotissement du Lac, en bordure nord du village de Chauriat. Les ramassages effectués dans les déblais ont livré un mobilier abondant et très bien conservé, attestant une occupation continue de La Tène finale au Ve siècle au moins, avec des indices du Bronze final/premier âge du Fer, ainsi que des périodes médiévale et moderne. La présence de deux fragments de tubulure d’hypocauste, d’une dalle de suspensura en terre cuite, de terrazzo, de mortier et d’assez nombreux fragments de verre suggère une villa. On soulignera également la fréquence des fragments de dolium. Sur la commune de Billom est confirmée l’extension toujours plus importante du complexe protohistorique de La Prade (UP 2139), pour lequel s’esquisse, d’année en année, l’image d’un très vaste établissement s’étendant sur des dizaines d’hectares. Les indices d’époque romaine, plus dispersés (UP 2136, 2137, 2142, 2160), sont peut-être à relier à la présence d’une importante villa à 250 m au nord. Deux de ces sites (UP 2136 et UP 2137) ont livré de l’hypocauste et des moellons d’arkose. Deux (UP 2136 et UP 2160) de la céramique sigillée brûlée. Le dernier (UP 2160) pourrait correspondre à une nécropole à incinération, les autres sites (UP 2136, UP 2137 voire UP 2140) à de petits bâtiments annexes. Sur la commune de Pérignat-sur-Allier, on signalera la découverte d’un vaste complexe protohistorique du premier âge du Fer, repéré pour l’instant dans deux secteurs disjoints : au nord, au lieu-dit Montellet (UP 2125/2126/2129), au sud, au lieu-dit Les Thiollières (UP 2117/2119/2121), le premier présentant aussi des indices de La Tène. Le secteur des Thiollières a également révélé plusieurs petits établissements d’époque romaine (UP 2123, 2124, 2127, 2132). On mentionnera la découverte d’un site, assez mal lisible, daté du Bronze final/premier âge du Fer, immédiatement au sud-est du village de Ceyssat, sur la commune de Saint-Georges-sur-Allier (UP 2112). Enfin, il faut évoquer la découverte d’un objet exceptionnel, faite par deux promeneurs, fin juin 2022, sur un tas de remblais en bordure d’un chemin, au lieu-dit Saint-Genès, sur la commune de Glaine-Montaigut (UP 2162) : il s’agit d’un fragment de plaque en terre cuite à décor moulé sur une face, sur le côté droit de laquelle s’amorce un arc délimitant une baie. L’objet est cassé sur trois côtés, seule la base étant intacte (hauteur conservée : 12 cm ; largeur conservée : 9,5 cm ; épaisseur : 4,2 cm). Le motif orientalisant ou nilotique (échassier, palmier, tour à vent ?), la forme supposée de l’objet et la technique mise en œuvre évoquent les « plaques Campana », mais en une déclinaison plus fruste. À ce jour, 3059 ha sur les 7200 que couvre la zone d’étude ont été prospectés systématiquement, soit environ 42,5%. Au total, 2238 unités de prospection (UP) ont été enregistrées, soit 2162 après recoupements. Pour la Préhistoire, 21 sites, 12 indices de sites, 76 découvertes isolées et 4 bruits de fond ont été recensés. Pour la Protohistoire, 165 sites, 113 indices de sites, 69 découvertes isolées, 2 structures et 105 bruits de fond. Pour l’époque romaine, 326 sites, 99 indices de sites, 148 découvertes isolées, 33 structures et 203 bruits de fond. Pour la période médiévale, 60 sites, 29 indices de sites, 5 découvertes isolées, 1 structure et 172 bruits de fond. Pour l’époque moderne, 3 sites, 6 découvertes isolées, 1 structure et 122 bruits de fond. La grande majorité des sites est inédite. Ces valeurs sont approximatives car le recoupement des UP n’est pas achevé. Toutes périodes confondues, le bilan est de 439 sites, 215 indices de sites, 365 découvertes isolées, 171 bruits de fond et 18 structures. Plus de 200 000 artefacts ont été collectés sur le terrain. Redressement orthophotoplanimétriques de photographies aériennes Le travail de redressement orthophotoplanimétrique de clichés aériens a porté sur six établissements d’époque romaine : la villa d’Espezin (Moissat), la villa de Fontjoriat / Les Valots (Saint-Georges-sur-Allier), l’ensemble constitué par l’établissement des Rochettes-Basses, le petit bâtiment agricole du Mas et le sanctuaire du Mas (Saint-Julien-de-Coppel), la villa des Guérins (Glaine-Montaigut). Le redressement est fondé sur une procédure spécifique basée sur le calage topographique au sol de multiples points identifiés sur les clichés obliques. Les photographies aériennes disponibles étant de médiocre qualité, et les terrains concernés étant parfois assez pentus (cas de Fontjoriat / Les Valots notamment), le travail de repérage sur le terrain, de calage topographique et de redressement orthophotoplanimétrique s’est avéré chronophage. Un plan d’ensemble a été obtenu pour chaque site, dont la précision, de l’ordre d’un à deux mètres, est moins grande qu’attendu, mais malgré tout acceptable. Les plans obtenus ont été superposés avec les données des ramassages au sol systématiques, qui, non seulement se corrèlent très bien avec eux, mais permettent d’esquisser une interprétation fonctionnelle des espaces. Dépouillement documentaire Le dépouillement systématique de la documentation entrepris en 2021 a été poursuivi avec le traitement de quatre nouvelles communes : Bouzel, Chas, Chauriat et Vertaizon. Il a abouti à la rédaction de 58 notices de sites, qui s’ajoutent aux 54 notices rédigées pour la commune de Billom en 2021 : 6 pour Bouzel, 5 pour Chas, 17 pour Chauriat et 30 pour Vertaizon. L’objectif est, à terme, de croiser méthodiquement ces données avec elles fournies par les prospections systématiques afin de produire une synthèse diachronique sur les dynamiques de l’occupation du sol et les formes de l’habitat. Nettoyage de la base de données Une nouvelle étape de nettoyage de la base de données a été initiée en 2022, après sa restructuration en 2021. Elle a porté spécifiquement sur l’inventaire du mobilier, soit 64 244 entrées vérifiées.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times