Affordable Access

Access to the full text

Dynamique de transmission des schistosomes par Biomphalaria pfeifferi dans la région de Man, Côte d’Ivoire

Authors
  • Yapi Yapi, G.1
  • Touré, M.2
  • Boka, O. M.1
  • Tia, E.1
  • Boby, O. A. -M.1
  • 1 Université Alassane Ouattara, Centre d’entomologie médicale et vétérinaire, Abidjan 27, Côte d’Ivoire , Abidjan 27 (Côte d’Ivoire)
  • 2 Université Jean Lourougnon Guédé, Daloa, Côte d’Ivoire , Daloa (Côte d’Ivoire)
Type
Published Article
Journal
Bulletin de la Société de pathologie exotique
Publisher
Lavoisier
Publication Date
Oct 28, 2014
Volume
107
Issue
5
Pages
317–322
Identifiers
DOI: 10.1007/s13149-014-0406-1
Source
Springer Nature
Keywords
License
Yellow

Abstract

L’étude de la dynamique de transmission des larves de schistosomes par Biomphalaria pfeifferi dans la région de Man en Côte d’Ivoire a été conduite dans deux foyers forestiers où la prévalence de la schistosomose intestinale est supérieure à 60 %. Cette étude qui a duré trois ans, a concerné Guepleu et Botongouiné, deux villages riverains d’un cours d’eau permanent, le Kô, afflluent du N’Zo. Les données obtenues indiquent que les fortes densités apparentes de B. pfeifferi s’observent en fin de saison sèche et au début de la saison des pluies. Le suivi de l’infestation des mollusques B. pfeifferi à Guepleu village indique un taux d’infection de 5,8 %, 3,8 % et 12,7 % respectivement pour les premier, deuxième et troisième cycles annuels. Cette infection s’étend sur six mois dans l’année. À Botongouiné village par contre, des taux d’infection de 5,8 % (première année d’étude), de 5 % (seconde année) et de 7 % (troisième année) ont été obtenus. La transmission du parasite est de huit mois au premier cycle d’étude et de dix mois pour les second et troisième cycles d’étude.

Report this publication

Statistics

Seen <100 times