Affordable Access

Publisher Website

Le programme de développement agricole du Tarn. Discussion par L. Malassis

Authors
Journal
Économie rurale
0013-0559
Publisher
PERSEE Program
Publication Date
Volume
99
Issue
1
Identifiers
DOI: 10.3406/ecoru.1974.2278
Disciplines
  • Economics

Abstract

Constatant qu'il existe des facteurs de développement sur lesquels les organisations agricoles du département ont un pouvoir réel et direct, les professionnels ont pensé qu'à ce niveau, il convenait de formuler des propositions concrètes afin de tirer le meilleur parti possible des moyens en place. Il leur est apparu également nécessaire d'établir, par une concertation plus large, une certaine complémentarité entre toutes les organisations agricoles afin de mener des actions convergentes vers un objectif commun clairement défini et accepté par tous. Enfin, ce programme de développement devait avoir peur finalité, l'amélioration des conditions de vie des agriculteurs. Il devait notamment tendre à faire progresser le niveau de revenu de la population agricole, et faire de l'agriculture un secteur attractif pour les jeunes. La méthode employée L'objectif de la première étape est de poser les problèmes de l'agriculture tarnaise de 1970 et de faire le point sur la situation. Elle amorce une mise en mouvement des organisations agricoles du département pour réfléchir et définir un programme agricole départemental. Le but de la deuxième étape est de définir les grandes orientations du programme à établir. Elle s'est concrétisée par la constitution d'un dossier « Propositions pour un programme de développement agricole ». La troisième étape permet de constituer l'établissement d'un avant-projet du programme départemental, en formulant des alternatives afin de ne pas rester prisonnier d'une certaine tendance. Au cours de la quatrième étape, des décisions sont prises sur les objectifs à retenir et les actions à mettre en œuvre par le programme départemental. Le programme retenu distingue : — les « actions d'entraînement », prioritaires, jugées les plus propres à avoir un effet d'entraînement sur l'économie agricole tarnaise. Ces actions sont : a) les productions : viticulture, luzerne graine, graminées fourragères, tabac, oléagineux, porcins, bovins viande, ovins lait. b) les structures : opérations groupées d'aménagment foncier, agriculture de groupe, plans de développement de l'exploitation, groupements fonciers agricoles, irrigation, échanges amiables, infrastructure. c) la formation et l'information : établissement de programmes de développement dans le cadre de groupements locaux, formation des agriculteurs et des responsables agricoles. Les actions « d'accompagnement » sont jugées moins importantes. Les critères de choix ont été : les débouchés assurés par contrats, le nombre d'agriculteurs intéressés, la bonne rentabilité des opérations, les techniques bien au point, la possibilité d'adaptation rapide, la modernisation des exploitations. Les structures du développement La mise en application de ce programme exige des organismes existants un effort accru pour répondre aux besoins nouveaux des agriculteurs qui voudront s'engager dans les voies proposées. L'essentiel est donc d'harmoniser les stratégies des différents organismes toutes orientées vers la réalisation du programme commun. Un comité de développement agricole du Tarn (CODAT) a été créé. Il est composé de représentants : des organismes agricoles à vocation départementale, des organismes de service et de l'administration. Il a pour tâche essentielle de veiller à ce que les conditions indispensables pour atteindre les objectifs soient réunies : coordination ; concertation, information ; financement. Il fait périodiquement le bilan des opérations et organise un carrefour annuel pour permettre l'harmonisation des différentes actions.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.