Affordable Access

Publisher Website

Dépistage aberrométrique du kératocône

Authors
Journal
Journal Français d Ophtalmologie
0181-5512
Publisher
Elsevier
Publication Date
Volume
34
Issue
8
Identifiers
DOI: 10.1016/j.jfo.2011.01.024
Keywords
  • Kératocône « Suspect »
  • Kératocône « Fruste »
  • Aberrométrie
  • Dépistage
  • Keratoconus Suspect
  • Keratoconus Forme Fruste
  • Detection
  • Wavefront Analysis
Disciplines
  • Medicine

Abstract

Résumé Objectif Connaître l’intérêt de l’aberrométrie dans le dépistage du kératocône. Patients et méthodes Une étude prospective a été réalisée entre mai 2008 et mai 2010. Quatre groupes ont été individualisés : les patients avec une cornée saine (groupe 0, n = 48), les patients ayant un kératocône « suspect » (groupe 1, n = 43), « fruste » (groupe 2, n = 31), et « débutant » (groupe 3, n = 47). Les mesures aberrométriques totales et cornéennes ont été recueillies et moyennées. Des modèles de régression linéaire univariée (test de Fisher) puis multivariée (test de Student) ont été utilisés pour comparer les différents groupes de sévérité. Une courbe Receiver Operating Characteristics (ROC) a été réalisée lorsqu’une aberration élémentaire permettait de distinguer les groupes 0 et 1. Résultats Les aberrations comatiques totales et cornéennes, le tréfoil cornéen et l’astigmatisme secondaire cornéen ont permis de différencier significativement les groupe 0 et 1. Les sensibilités et les spécificités de la coma totale et cornéenne, du tréfoil cornéen et de l’astigmatisme secondaire cornéen ont été respectivement de 67,4 %, 56,3 % (indice de Youden = 0,237), 60,5 %, 72,9 % (indice de Youden = 0,334), 83,7 %, 39,6 % (indice de Youden = 0,233) et 65,1 %, 58,3 % (indice de Youden = 0,234). Tous les groupes de sévérité ont pu être différenciés statistiquement par la coma totale et cornéenne, et par le tréfoil cornéen. Les aberrations de troisième ordre ont permis de différencier les groupes 1 et 2. Discussion Les aberrations de hauts ordres peuvent différencier les stades de gravité du kératocône. Les aberrations totales sont moins discriminantes que les aberrations cornéennes. La coma cornéenne est l’aberration la plus discriminante pour différencier les patients sains des patients ayant une cornée « suspecte ». Néanmoins, celle-ci ne permet pas de dépister de manière optimale les kératocônes « suspects » (indice de Youden = 0,334 et sensibilité = 60,5 %). Les analyses statistiques suggèrent que le kératocône « suspect » et le kératocône « fruste » sont deux entités bien distinctes. Conclusion L’aberrométrie peut faire partie de l’arsenal diagnostique pour dépister les kératocônes « suspects », « frustes », et « débutants », mais doit probablement se placer en complément de la vidéotopographie lors d’une consultation préopératoire de chirurgie réfractive.

There are no comments yet on this publication. Be the first to share your thoughts.

Statistics

Seen <100 times
0 Comments

More articles like this

256 Dépistage aberrométrique du kératocône

on Journal Français d Ophtalmolog... Jan 01, 2009

Dépistage du strabisme

on Journal de Pédiatrie et de Pué...
More articles like this..